lundi, mai 4 2009

Croyez-vous aux fantômes ?

d. s'ennuie au boulot. Chanceux, va ! Du coup, il nous propose d'aller appliquer notre texte sur une image de blockbuster.

J'ai trouvé quelque chose qui résume bien mon propos. Avec hadopi, on va chasser des phantoom !

dimanche, octobre 2 2005

Octobre en obscur

Toujours grâce à cinéfil, voici la sélection que je vous propose pour le mois d'octobre, en espérant que vous avez pu voir un certain nombre de chefs d'oeuvre, dont le magnifique revolver au mois de septembre !

Les frères Grimm : un des blockbuster du mois. Celui qu'il faut aller voir si vous êtes fan des effets spéciaux et des contes relatifs aux deux frères bien connus.

Wallace & Gromit : comment ne pas connaître Wallace et Gromit, les deux héros en pâte à modeler. Cette fois, leur aventure nous conduit à la poursuite du lapin Garou ! Bureau d'humour, pour les petits et les grands.

Quatre freres : quand quatre racailles sont adoptés par une mère qui leur donne une famille, une éducation et une unité et que celle-ci se fait tuer par des gangster dans un super marché, ça chauffe. Laissez vos neuronnes dormir et allez vous éclater !

On the outs : la vie de trois jeunes adolescentes américaines.. La rangaine habituelle, mais satisfaisante.

Les noces funèbres : l'inénarable Tim Burton nous a ressorti ses poupées de l'étrange noël de mister jack. Ça va swinguer !

The descent : amateurs de films d'épouvante, il vous est dédié. Un groupe de femme descend dans un glacier. Elles n'auraient jamais dû le faire, car au fond, elles vont trouver...

Les parrains : Le dernier film où Jacques Villeret sera à l'affiche (oui, oui, il est mort). Un bon moment à passer avec un casting sympa. Film franchouillard, bien sûr.

Oliver twist : vous connaissez le livre, vous connaissez le dessin animé. Allez voir le film remanié.

Serenity (l'ultime Rebellion) : Buffyyyy ! Enfin, presque. Film d'action, avec effets spéciaux. Pas besoin de réfléchir. Appréciez.

Casshern : hop, un petit animé, ça va nous faire du bien :)

La Legende de Zorro : le deuxième blockbuster du mois. Pour les fans de Banderas et Zeta-Jones.

Red eye (sous haute pression) : Wes Craven est vivant. Si, si. Paraît même qu'il sort un film...

Match Point (woody allen) : allez, pour terminer intello, le dernier woody. Pas besoin de connaître le scénar, c'est du woody.

samedi, septembre 10 2005

Liste de Septembre

Nouvelle formule pour la catégorie cinéma. Plutôt que de raconter les films que je vais voir, ce qui me prend énormément de temps à chaque fois, je vais plutôt vous faire part de ceux que je souhaiterais aller voir chaque mois, cela sera plus intéressant et me forcera peut être à utiliser ma carte UGC, maintenant que j'en ai d'avantage le temps ^^.

Je tiens au passage à vous signaler un des sites qui me permet de réaliser cette rubrique, puisque allocine et ses plugins de merde propriétaires refusent l'accès, tant pis pour eux. Bienvenu donc à http://www.cinefil.com.

Pour le mois de septembre donc :

Paradise now : un film qui relate 24 heures avec des terroristes en Palestine. Prix Amnesty international, la chose peut valoir le coup donc...

Collision : je parle simplement de ce film car c'est apparemment le scénariste de million dollar baby, mais les bandes annonces ne m'ont vraiment pas accroché. À voir en cas de crise aigüe de manque de cinéma.

De l'ombre à la lumière : d'après une histoire vraie. Avec ce cher Russel Crowe qui d'après ce que j'ai vu a du perdre beaucoup de kilos depuis gladiator pour rentrer dans ce rôle. Ça m'a l'air très sympa.

Le dernier signe : pas de Bruce Willis en vue, mais par contre des morts qui parlent aux vivants.. Mais que se passe t'il ???

Shane Black's Kiss Kiss Bang Bang : je n'ai pas vu de bande annonce, mais des affiches intéressantes au ciné, disant que les réalisateurs de l'arme fatale étaient impliqués. Peut il sortir quelque chose de mauvais après avoir fait du si bon ? J'espère que non !

Ma sorcière bien aimée : pour ceux qui ont connu la série dans leur enfance et pour voir la belle Nicole en action, ne pas louper. Amateur de cinéma, évitez ce film :)

Les âmes grises : un film français ! Oui mon bon monsieur, venant de moi, la chose est rare, alors profitez en.

Night watch : ça va péterrrrrrrrrrrrrrrrrr ! C'est le film de septembre à ne pas louper, du moins, d'après la BA. :)

Voilou pour ce tour de septembre, bonne pionce dans les salles obscures !

vendredi, mars 4 2005

Neverland ou l'autre pays imaginaire

Il y a aujourd'hui un adage qui dit sexe et violence forme film a audience. J'espère énormément que Neverland trouvera le public qui lui est dû. L'histoire de Peter Pan. Ou pourquoi devient on grand. Quand et comment. Qu'est ce que perdre son innocence et se laisser attirer par les traits de la réalité. La vie et son inévitable pendant, la mort. Tout ce qui fait notre quotidien, nos joies et nos tristesses. Quel plaisir pendant plus d'une heure et demie de partir à la recherche de notre coeur d'enfant, enfouie sous la dureté du quotidien, au loin de tout ce mal que chacun se plaît à nous faire endurer. Histoire d'un conte magique, histoire de la création d'un mythe, histoire vraie d'un pays imaginaire...

vendredi, février 11 2005

Constantine

Après un resto chinois avalé sur le pouce, je me suis rendu en hâte à l'avant première de Constantine, le dernier de Kaenu Reeves. Je m'attendai à quelque chose dans le style de Stigmata, ce n'était pas tout à fait cela, mais tout aussi intéressant. Oh, rien de nouveau sous le soleil si cela peut vous rassurer, une bonne prod américaine comme on les aime. Cependant, Reeves commence à avoir des personnages intéressants dans le sens où il n'en n'ont plus rien à faire de rien. Je pense entre autre au célèbre Néo dans Matrix. On croirait presque entre du bruce willis dans ses meilleurs moments. Mais je m'égare. Un bon moment donc passé sur cette avant première. Enfin quelque chose qui vaudra une place de ciné à tarif plein. Le premier que je vois depuis le "château ambulant" en tous cas...

Il est pas gentil

Yeah, this man is no good. Haut en couleur, voilà ce que l'on peut dire de cette adaptation de la BD. Mao a adoré, moi je suis resté mi-figue, mi-raisin. En effet, à côté du grand Chabat, il est difficile de s'illustrer, même en claquant des bulles. Beaucoup de jeux de mots sympatiques, je retiendrai entre autre "À la pleine lune, il n'y a pas de quartier". Mais il y a tout de même quelque chose qui m'a choqué énormément et dès les premières secondes du film. La danse. On aurait mit à ces nanas de la transtechno qu'elles n'auraient pas été moins vite. Vous imaginez, vous, une danse du ventre sur un rythme de 180 pour la pulsation ? Enfin, gardons le côté positif. Pas forcément une gigantesque adaptation, mais quelque chose de bonne facture dont la prod n'a pas à rougir.

Je suis dûr, je l'admets, mais à force de voir des films, que dis-je, les engloutir, le sens critique pointe son nez.

jeudi, février 10 2005

Danny the dog

Cela faisait quinze jours sans ciné, le dernier s'était ébahi devant le château ambulant. Là, une petite toile, pour fêter le retour de la santé, pour espérer garder du temps tout en regardant un film... Bref, le plaisir de la toile, du son et des sièges. On évitera bien sûr de parler des gens qui tout comme vous viennent au cinéma, mais eux on se demande pourquoi. Peut être n'ont ils pas le loisir de parler à table chez eux. Bref, je m'égare.

Alors danny the dog, j'en avais entendu beaucoup de bien, ça n'en restera pas moins un petit film. Produit par Besson, il reste une petite frappe, malheureusement, même si le scénario se veut un peu plus original que d'habitude, on s'attend, on se regarde, on croît à l'amourette parce qu'il n'y a que cela à faire. C'est certain, je n'irai pas me frotter à Jet Li, mais il a tout de même fait mieux. Par contre, je lui reconnais une chose, c'est que je n'arrive jamais à lui donner d'âge et que lui au moins, il fait plusieurs films par an. Enfin, pour le plaisir de voir morgan freeman avec les cheveux court et un rôle d'aveugle, cela vaut peut être le coup de payer huit euros.

Avis mitigé donc, préférer un bon théatre ou si la toile vous démange, allez y le matin, c'est tarif réduit.

lundi, décembre 20 2004

Ocean's twelve

Je l'attendais avec impatience, bien que je n'ai vu que très peu de pubs et de bandes annonces...

Je ne raconterai en rien l'histoire, comme d'habitude, sinon, comme on s'en doute, que c'est la même bande de copains qui retourne au casse pipe. Un peu déçu, oui, les acteurs se connaissent et on sent qu'ils sont là pour s'amuser, ça tournerait de temps à autre presque plus à blues brothers qu'à du cambriolage de haut vol, mais bon, on s'y fait. Pour les inconditionnels donc, mais quoi qu'il en soit, on en prend un bon pied.

Autre bémol, ils ont abandonné la fusion jazz/rock pour plus de rock :(

lundi, décembre 13 2004

Blade III

Déjà dix jours que je n'ai rien mis sur ce blog, il va falloir que je me force à être d'avantage régulier.

J'ai été voir la dernière version de Blade, nommée trinity, sûrement pour faire écho à la religion. Je l'ai trouvé assez décevant. Toujours des vampires, toujours plein d'effets spéciaux et de combats à couper le souffle, là-dessus, rien à dire. Ils auraient pu prendre de vrais acteurs ! Les vampires sont pathétiques dans le rôle des "vilains méchants pas beaux". Bref, pour le fans, à voir, pour ceux qui veulent passer un bon moment au ciné, allez plutôt voir les indestructibles qui lui est hillarant.

jeudi, octobre 28 2004

Man on fire

Je suis allé voir ce film mardi soir, me disant qu'il y avait de fortes chances que lors des prochaines sorties, il soit supprimé. Ce fut le cas. Ce n'est certes pas un film inoubliable, tellement il semble calqué sur la vie réelle, mais je l'ai trouvé des plus sympathique. En effet, le film commence sur un superbe panorama. Il se fini d'ailleurs de la même façon. Ça porte un nom cet effet, mais je l'ai franchement mangé :) L'histoire parle d'un ex-militaire alcoolique qui se fait embaucher au mexique pour protéger la petite fille d'un couple de gens aisé. Le dit ex-militaire n'est plus humain, du moins le pense t'il, depuis longtemps, à cause de toutes les morts qu'il a provoqué. Au fur et à mesure, notre ours, joué par Denzel Washington, retrouve sa sensibilité auprès de la petite fille qu'il protège. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu'à ce que cette dernière soit enlevée au nez et à la barbe (rasée) de son protecteur, qui réussi tout de même à descendre quatre ravisseur avant de se retrouver cloué au sol, deux ou trois balles dans le corps l'y aidant. C'est alors la vengeance qui commence son époque et toute la racaille corrompue, essentiellement consituée de policiers judiciaires du mexique subit des morts des plus... exotiques :) Bon film, donc, dans l'ensemble. Il ne restera pas dans les mémoires, mais reste dans les films à voir lorsque l'on veut passer un bon moment !

samedi, août 28 2004

Cabin Fever

Après avoir amené ma moitié à une soirée de jongleurs et l'avoir honteusement laissée avec des inconnus, je me suis dirigé vers mon cinéma préféré. J'ai au passage récupéré Stéphane et nous sommes, bras dessus, bras dessous, allés voir Cabin Fever. Sexe et sanguinolage. Je crois que cela résume assez bien la situation, à moins que ce soit l'inverse.

Le scénario est pourtant béton dès le départ : cinq jeunes diplômés partent en vacances une semaine dans la forêt, dans un chalet, pas loin d'une ville perdue, au fin fond des États-Unis. La différence avec le scénar d'un film porno me direz-vous ? Je n'en vois pas :). Alors que nos jeunes amis s'amusent le plus simplement du monde à la chasse aux écureuils ou en flirtant, ils sont interrompus par un homme très malade qui vient leur demander de l'aide dans leur chalet. Le drame commence, tout le monde meurt, la maladie est pire que la peste et va se répandre partout.

Ça ne casse pas trois pattes à un canard, c'est cousu de fil blanc. Ça ne vaut pas huit euros, mais ça détend. N'y allez que si vous êtes fan de massacre à la tronçonneuse, année 70 :)

Introduction

<raconte ta vie>Il y a de cela deux ans, en octobre 2002, j'ai craqué pour une carte de cinéma UGC, qui me permet d'aller au cinéma de manière illimité pour 18 euros par mois. De ce fait, je vais au cinéma aussi souvent que je veux, voir tout et n'importe quoi.</raconte ta vie>

Si vous désirez vous faire parrainer pour votre abonnement, afin de recevoir une offre préférentielle, contactez-moi !