mardi, avril 2 2013

Autour de la Pâque

Ça faisait longtemps que je n'avais rien écrit, pris à droite et à gauche, surtout dans l'est de l'Europe ;)

J'ai eu une commande un peu particulière pour un accompagnement sonore d'une petite pièce. On m'a demandé une création. Je vous mets ici la première prise qui au final a dû être raccourcie, et qui a quelques accrocs, surtout sur la première partie, mais au final, c'est assez sympa, enfin, je trouve. De toute façon, j'aime bien l'instrument.

Vous n'aurez donc que la version bêta, mais c'est déjà pas mal pour une mise à jour de billet sur le blog ;) Enjoy your day !

Morceau disponible sous licence CC-BY-SA

Pour ceux qui sont férus de culture, sachez qu'en français, il y a Pâque et Pâques. La première fait référence à la Pâque juive. La deuxième fait référence à la culture chrétienne. Petit point sympatique, on dit «Pâques» tout seul et c'est alors un nom masculin singulier. Mais lorsque l'on dit «Joyeuses Pâques», le mot est alors féminin pluriel.

jeudi, août 30 2012

Aujourd'hui, c'est boudin.

EDIT du 15/01/2013 : Un nouveau courrier publicitaire, exactement la même histoire...

Tout le monde connaît l'UFC Que choisir. Je tiens tout de même à préciser que le signe est là pour l'Union Fédérale des Consommateurs et pas l'union française, comme on le croît bien souvent. Mine de rien, je viens de vous faire gagner un camembert au trivial poursuit genius. Merci jp. Bref, jusqu'à ce matin, je n'avais rien de particulier à dire. C'est en général une association qui fait du bon travail pour les consommateurs et qui les aide à régler tout un tas de litige. Oui, mais bon, ce matin, c'est eux qui créent un litiges...

Ce matin, j'ai reçu un spam. Non, je ne parle pas d'un pourriel, je parle d'un vrai spam papier, genre le milliardaire congolais qui est mort en laissant sa fortune à sa veuve épleurée qui veut me donner un milliard d'euros pour ma bonne gueule. Bon, d'accord, c'est pas aussi alléchant. On me propose 20% de réduction sur un abonnement d'un an, un guide spécial de 110 lettres pour faire valoir mes droits en toutes circonstances, ma carte spéciale abonné qui me met un expert juridique dans l'oreille et une consultation illimité de Que Choisir et Que Choisir Argent. Une vraie bonne publicité qui me fait sentir un particulier très honoré d'avoir droit à autant d'honneur. Ah oui, mais...

Mais voilà, au lieu de m'écrire à moi, ce qui n'aurait même pas valu la peine de sortir un clavier, ils écrivent à mon ex-épouse. Cela fait cinq ans que nous sommes divorcés. Vous me direz que jusque là, toujours pas de quoi fouetter un chat ? Ok, je vous l'accorde. Je me marie dans quinze jours. Ah, là, tout de suite, c'est plus intéressant en terme de challenge, hein ?

Oui, c'est moi qui ait été chercher le courrier aujourd'hui, une chance, non ?! :-)

Saviez-vous qu'il n'est pas possible de joindre l'association depuis leur site web ? Vous avez le droit au courrier ou au téléphone. En 2012. C'est marrant ça. D'ailleurs, ça explique peut être pourquoi j'ai reçu un spam papier. D'ailleurs, pouvez-vous me dire (question rhétorique), comment ils peuvent conserver mon adresse associée à mon ex-femme alors que j'ai changé deux fois d'adresse depuis mon divorce. Intéressant, non ?

Me refusant d'envoyer une lettre, j'ai donc pris mon téléphone, ce que je n'aime pas trop faire. Toutes les personnes que j'ai eu sont très gentilles et comprennent qu'elles aussi, elles ont eu de la chance que j'aille chercher le courrier ce matin. On me redirige vers un autre service que j'appelle. On fera des recherches monsieur, on vous assure que ce sera traité.

Ok, donc si je me base sur la bonne foi de ces personnes, je ne recevrais plus de telles indélicatesses. Mais personne n'a retenu mon nom, mon numéro de téléphone ou encore un mail. Intéressant pour le suivi. Pas plus qu'un dédommagement pour le préjudice moral. C'est quand même pas très fair play pour une association qui se bat en général contre de telles choses. Ironie, quand tu nous tiens...

Sur ce, rions gaiement de ce chatoiement libidineux, de ces réseaux de publicité organisés qui font vivre tout un tas de personnes. Mais tout comme le cancer, on vivrait quand même mieux s'ils n'existaient pas !

mardi, février 14 2012

Mouse and sea fruit

Un an. Trois cent soixante cinq jours. Huit mille sept cent soixante heures. Et quelques minutes. La vie est un paysage étrange et incohérent. On cherche, on se croise. On s'en va, on revient. On attend, on trépigne. On jette l'éponge et on revient. On s'interroge, on s'attend, on s'écoute. On parlemente, on se fâche, on revient. On s'écoute, on s'excuse, on s'attend, on s'entend. Et des fois, même, on ne se comprend pas. Mais, car comme dans toutes les bonnes histoires, il y a un mais. Un élément perturbateur, comme dans tout bon Disney. Quelque chose qui change un petit peu l'histoire. Pas de beaucoup, mais ce battement d'aile de papillon au Japon qui transforme votre belle plage de Californie en bouillon humide.

Un an sans billet, c'est long. On n'existe plus. On peut considérer même que l'information n'a jamais existé. À l'heure où l'information circule à la seconde, où un bon mot ne dépasse pas 140 caractères. Et pourtant, et pourtant. Non, je ne suis pas mort, non je ne me suis pas éteint, non je n'ai pas perdu ma foi. Mon arrivée à Paris a bousculé mes habitudes. Il a fallut retrouver des marques, des connaissances, des occupations. Comprendre, écouter, interpréter. Et puis, comme souvent, ma vie s'est emballée. Et puis, comme souvent, il faut du temps pour que les choses s'apaisent, que la vie reprenne son rythme régulier.

Quelques petites notes de musique. C'est sur cet événement sans réelle incidence que ma vie a basculée il y a quelques mois. Un intérêt commun, une capacité à se créer, à s'amuser, à échanger. Et de haut en bas, de droite et de gauche, voilà une heure transformée en une minute. Une minute en une seconde ; une seconde qui semble être des jours.

Cette illusion que l'on croit à jamais perdue, que l'on a cherché, que l'on a voulu simuler, cette illusion revient. Et elle transforme la pomme en agréable sommeil, voulu, désiré, attendu, partagé. Et d'une valse, d'une pantoufle en verre, c'est la belle et la bête qui valsent à travers les âges, riant comme des enfants, insouciants, heureux de s'être enfin retrouvé.

Je mets donc mon whisky au rencard pour cette année et vais aller sucer les glaçons en belle et bonne compagnie.

Ma chère valentine, je t'aime.

lundi, février 14 2011

Happy Bourbon's day 2k11

En ce jour particulier et si solennel, je me suis longtemps demandé si oui ou non il fallait bloguer. Bloguer pour dire quoi, pour le dire à qui ? Cher lecteur, fait unique et avantage rare, j'ai demandé à mon alter-égo littéraire de bien vouloir accepter un quatre mains d'exercice pour fouler au pied cette journée. Nous accueillons donc exceptionnellement lulu (ouaissss !!) pour cet essai artistique où réalité et fiction mélangent sentiments et crustacés. Nous préférons prévenir que nous espérons ce texte beaudelairien et que les mots sont susceptibles de blesser les plus jeunes d'entre nous. Le PEGI étant annoncé, nous pouvons, le rideau, laisser tomber.

Dédicace : nous dédions notre art à notre fils, Marc. Puisses-tu te marier de notre vivant et que nous jouissions de ton bonheur, pour toute l'affection que nous te portons.

Aucun(e(s)) auteur(e(s)) n'a été blessé durant la (émouvante) rédaction. Aucune substance ne fut. Nécessité fait loi.

Lire la suite...

jeudi, décembre 23 2010

Le monde, supplément TV, dimanche 5/lundi 6 décembre 2010

Hier soir, Miss bonbon et moi-même devions nous rendre à un spectacle, que dis-je, une pièce de théâtre, mon bon monsieur. Et pas n'importe quelle pièce. "Blogueuse", écrit par Titiou Lecoq et la non moins célèbre Julie F. Seulement, voilà, le jour n'étant jamais comme la nuit, sinon peut être aux cercles polaires, Miss bonbon a préféré sortir encapée de sa couette avec une rhino-pharyngite, plutôt qu'avec moi. Pourtant, ça aurait été notre première sortie entre fille depuis longtemps. Tant pis. Je décroche mon sms (appareil de néandertal, ayant comme fonction principale et unique l'envoi et la réception de message de 140 caractères, à ne pas confondre avec twitter) et propose à la princesses de Saba de venir découvrir une pièce de théâtre française. Deal.

Lire la suite...

lundi, septembre 20 2010

Menus changements

L'année aura été longue, très longue. Beaucoup moins de publications sur ce blog, beaucoup moins de travail personnel. Pour autant, cela n'est pas dû à une vie personnelle particulièrement riche. Non. Mon activité professionnelle m'a amené à piloter un projet suffisamment important pour que le soir, de guerre las, je sois psychologiquement et intellectuellement fatigué, n'ayant que pour envie de légumiser. Combien il est bon d'apprécier être à pied d'égalité avec une carotte ou une pomme de terre, pouvoir se raconter des blagues à faire rougir un radis.

Pour autant, cela n'a pas bien fait avancer mon business, ni mes prétentions. Alors, que se passe-t-il ?

Cela fait plus ou moins deux années que je cherche de manière plus ou moins active un emploi qui me permettrait d'aller au-delà de ce que je fais actuellement. Finalement, mon âge aura été le facteur le plus handicapant de toutes mes recherches et s'avère en désaccord avec la bienséance française. Quelqu'un de moins de trente ans, semble-t-il, ne peut pas assurer de manière cohérente, des responsabilités à un haut niveau. Ou peut-être faut-il avoir fait X ou l'ENA. Toujours est-il, qu'en désespoir de cause et après avoir passé une année à mi-temps dans le train, j'ai élargi mon champ de recherche.

Ainsi, il me faut remercier toutes les entreprises qui m'ont permis de faire ce choix délicat : Orange, Nexans, Canon, l'Éducation Nationale, Lemahieu, Taste, le CHU de Rennes, RTL, GSanté, Glon, Abaka et Thomson.

Un grand merci, car sans vous, sans votre volonté, je n'aurai jamais franchis le pas de quitter cette belle ville de province qu'est Rennes pour aller conquérir la capitale française. Sans jambage, j'officialise donc ce gros changement qui intervient dans ma vie, je deviens parisien (tête de chien). Le pire, c'est que cela me ravit. J'avais en effet besoin d'avancer, de changer les choses, bousculer les événements, rencontrer des gens, vivre et sortir. J'étouffe dans mon habitude établie et j'aspire à du changement. C'est au moins radical.

J'ai donc accepté une mutation au sein de mon entreprise. Cela a l'avantage de me faciliter la liaison, tout en me laissant l'opportunité de nouvelles perspectives. En l'état, je suis donc le nouveau responsable du consulting sécurité de mon agence parisienne. Enfin, je le serai, dans 11 jours. Un service à monter, une offre à créer, des choses intéressantes pour une vision de la sécurité tangente. En effet, j'ai le plaisir et l'avantage de traiter la sécurité au quotidien au sein de la production, la vraie, celle qui ne souffre pas qu'un délire stalinien vienne mettre son grain de sable dans la production d'une usine, où l'arrêt d'une heure d'une machine revient à perdre quelques millions d'euros. C'est sous cet angle que j'ai déjà commencé la préparation de mon offre et c'est sous cet angle que je compte bien m'y attaquer.

De toute façon, il serait prétentieux et complétement stupide de ma part de vouloir entrer sur un marché saturé où bon nombre de sociétés ont déjà le meilleur de la production mondiale : EADS IW, ESEC, Atlab, HSC... D'ailleurs, si vous avez besoin d'un audit, je ne puis que vous conseiller leurs services, ce sont les meilleurs.

Nouvelle vie, nouvelles envies. Pour l'instant, je lorgne sur un appartement dans le carré magique de Vincennes, le temps nous dira s'il est mien ou non. Tous les whois à changer, rien que d'y penser, ça me fait rêver... Cartons en préparations, formulaires de changement d'adresse, relocalisation. Bref, que du bonheur.

En attendant ce mois d'octobre un peu chargé, mois qui verra le bilan de trente années écoulées, je me focalise sur la fin de mon projet, histoire de terminer ce que j'ai commencé et qui devrait gentiment m'amener jusqu'à mes vacances d'été... en octobre.

Des nouvelles quelque peu personnelles, soit, mais comme je n'ai pas le droit de parler de ce que je fais dans mon travail, ça limite mes interventions au droit, à l'informatique et à l'actualité. Et ces temps-ci, je n'ai pas envie d'en parler, ou du moins, d'en écrire. Sachez cependant que je garde au frais un petit billet sur tcp/ip, que j'espère avoir le courage d'écrire d'ici peu.

Pour terminer, sachez que j'ai des articles en préparation sur IPv6, pour de la publi papier et qu'une formation sur le droit et les NTIC va bientôt être disponible à la commande chez formation libre. Si vous êtes d'ores et déjà intéressé par cette formation, vous pouvez m'écrire en privé, en attendant la publication officielle sur le site (et vraisemblablement sur ce blog).

Amis du web, joyeux lundi !

jeudi, septembre 2 2010

Amazing grace

Old ma, comme disait Chichi : put***, 2 ans. Sans emphase, mais avec constance, tu aurais sûrement rigolé à ces quelques blagues hasardeuses qui font que ton nom restera parmis nous.

J'ai pris quelques expressions françaises et me suis permis une interprétation très personnelle.

  • Avoir la gueule de bois : du matin au soir et du soir au matin, se regarder dans la glace et se dire que jamais ça ne changera. Ton remède perpétuel restera une rasade d'eau en toute circonstance, car c'est le meilleur des breuvages et le plus beau don. Mais comme dirait Johnny, qu'est ce qu'elle a ma gueule ?
  • Être du bois dont on fait les héros : après deux guerres mondiales, deux autres moins mondiales, les guerres médiatiques, la télé couleur et Internet, tu en auras vécu des choses, toi qui cachait des munitions dans ta tête de lit pour signifier ta résistance à l'ennemi.
  • Faire feu de tout bois : pas un de tes petits n'est oublié. Tu les as tous aimé, compté, regardé grandir et surtout, tu les as porté dans la prière chaque jour afin que pas un de leur cheveux ne puisse être âbimé.
  • Faire jambe de bois : même pour tes nonantes-huit, tu continuais à utiliser ton déambulateur. Bon pied, bon oeil... Enfin presque.
  • Montrer de quel bois on se chauffe : quand on a des principes, on s'y tient. Et tu n'aurais jamais transigé au risque de faire comprendre à l'autre parti comment ton nom s'écrit.
  • Toucher du bois : la chance, tu n'y as jamais cru, mais dans ta foi tu as toujours espéré. Aujourd'hui, c'est auprès de ton Dieu que tu te retrouves.
  • Langue de bois : quand tu as eu quelque chose à dire, tu n'as jamais envoyé une carte postale, parce qu'un mot est un mot et que l'honnêteté, même si elle ne paye pas, permet de mettre les choses au clair.
  • Tête de bois : on me dit têtu, mais je sais de qui tenir.
  • Homme des bois : ce ne fut pas l'homme, mais la femme.

Salut Old ma et merci pour ces trente belles années que tu as pu m'accorder.

See you, my funny valentine. See you, Hélène Bois.

dimanche, août 15 2010

Plus réaliste, tu meurs

Lors de ma dernière conférence sur la formation ouverte à distance, j'ai intégré l'avatar dont je vous parlais dans un billet précédent. Ulysse trouvait dans son commentaire que c'était fort ressemblant, je vous laisse donc en juger par vous-même :

Bien sûr, je passerai sous silence, avec délicatesse, le succès de ma conférence, le contenu fort intéressant que vous pouvez écouter librement sur le site de l'école, l'intérêt de la numérisation des contenu et de la virtualisation de l'individu. Non pas que tout cela ne soient pas des sujets intéressants, d'autant plus pour ce blog un peu vide, mais parce que je suis dans un cycle étrange de sommeil et que le mois de septembre ne va certainement pas m'aider. Des news dès que je peux, mais attendez-vous à ce que ça bouge.

En attendant, si vous voulez utiliser votre DIF, faîtes tourner.

dimanche, juillet 4 2010

Ecco il tuo avatar

Voilà sûrement à quoi je ressemblerai si j'étais un manga. Rien de bien folichon, on lui filerai bien dix balles pour aller s'habiller et éventuellement passer chez le coiffeur.

C'est un peu l'état d'esprit du moment. S'il n'y a plus de billet, ce n'est pas qu'il n'y a plus rien à dire. C'est surtout que l'on se lève avec un regain d'énergie qui est entièrement aspiré par ce qui me permet de payer mes impôts, sans gratification aucune. On subsiste, on survit ; on n'arrive plus à travailler, à se consacrer, à se concentrer. Tout ça, c'est pas une vie, en tous cas, ça n'y ressemble pas.

Il est temps de faire du ménage et de passer à autre chose. Il est temps de s'armer et de changer tout ça, à défaut de pouvoir l'accepter.

jeudi, mai 20 2010

Ouverture de Formation Libre au public

Pour ceux qui suivent régulièrement ce blog, vous savez que je m'investis depuis un peu plus de deux ans dans ma société, nommée Keepin. Nous commençons à avoir des retours intéressants, mais j'en dirai plus un peu plus tard. Si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que nous venons d'ouvrir un nouveau service de formation à distance, fort de nos six ans d'expérience à l'École Ouverte Fracophone.

Je vous laisse découvrir le communiqué de presse :

La société keepin est heureuse de vous présenter sa nouvelle offre de service : Formation libre.

Formation libre est une offre de formation continue professionnelle à distance dans le domaine de l'informatique, plus spécifiquement tournée vers les logiciels libres et issue d'une expérimentation éprouvée depuis plus de six ans.

La formation à distance a désormais acquis ses lettres de noblesses. Elle entre dans la culture des salariés comme une réponse au besoin permanent de se former sans perturber le rythme de travail. Elle répond aussi particulièrement bien aux besoins de personnes expatriées et aux milieux ruraux. Nous avons eu beaucoup de remarques de ce type via l'association École Ouverte Francophone que nous animons. 

déclare A. Mascret président de l'Éof.

La formation à distance présente aussi des avantages pour les salariés :

Certes il existe un planning pour le cours, mais la liberté dont on dispose dans l'organisation devient rapidement un avantage. Ceux dans lesquels on est plus à l'aise peuvent être traités plus rapidement laissant ainsi plus de temps pour les autres… La formation à distance demande une plus grande maturité, mais elle permet d'avoir une aide plus personnalisée… 

déclarent P. Lapage et F. Tocquaine dans une interview sur la formation à distance (Linux Pratique Août 2009)

Par ailleurs, toutes les études semblent confirmer que, dans le domaine informatique, le secteur des logiciels libres représente, au niveau mondial, celui qui aura le plus fort taux de croissance dans les 4 à 5 ans qui viennent et l'enquête que nous avons mené sur le territoire Francophone en 2009 nous a confirmé cela… 

complète A. Mascret.

C'est donc tout naturellement que les créateurs de la société Keepin, également spécialistes dans le domaine de la formation à distance et dans celui les logiciels libres ont décidé de proposer une solution adaptée.

Formation libre propose d'ores et déjà six formations dans les domaines du système et des réseaux basés sur les Logiciels Libres.

Idéalement conçues pour s'intégrer au rythme de travail de l'entreprise ou du salarié, ces formations se déroulent à distance, sur trois semaines, représentant un équivalent temps plein de cinq jours.

Dans leurs conceptions, les cursus permettent l'adaptation du rythme de l'apprentissage aux contraintes du salarié et de son activité professionnelle mais peuvent être également suivies en dehors du temps de travail dans le cadre du DIF (Droit Individuel à la Formation) par exemple. La formule 'à distance' devient aussi plus économique en coûts et en fatigue. Elle évite les absences, les déplacements, les frais de restauration ou d'hébergement.

Tout au long de chaque formation, des formateurs, à la fois professionnels et spécialistes du domaine abordé, accompagnent, aident et conseillent les auditeurs sur toutes les difficultés qu'ils peuvent rencontrer.

Pour toute information : contact_AT_formation-libre.fr

Visitez le site des formations.

mercredi, avril 14 2010

RSS, pas court !

Je réagis à un billet de Cédric pour me joindre, s'il le permet, à sa plainte. En effet, cela fait maintenant des années que j'utilise les flux rss/atom pour suivre quotidiennement plus d'une centaine de sites. Cette petite fonctionnalité bien pratique me permet d'être au courant de la parution de nouveaux articles sur les sites.

Dans un but a priori commercial, ou alors complètement nombriliste pour que j'aille voir ton site qu'il_est_tout_beau, un certain nombre de sites tronquent les flux. Franchement, c'est lourdingue. On est obligé de cliquer, lire l'accroche et s'apercevoir que pour avoir plus que trois mots, il faut cliquer de nouveau et aller sur le pub. Franchement, jamais je n'achèterai un objet suite à une publicité sur laquelle je clique. Je filtre les pubs par dns, je bloque le flash. Alors, en guise de partage de cette lutte que je ne crois pas vaine, moi aussi, je dis stop aux flux tronqués :

Il y en a encore bien d'autres, mais l'idée, c'est de lancer le mouvement de grogne ;)

dimanche, février 28 2010

Ce soir, je facebook

Ceux qui suivent ce blog savent tout le mal que je pense de facebook. Cependant, ce soir, j'ai ouvert un compte. Étonnant, non ? En fait, je fais suite aux propos de Stéphane Koch à la JSSI de l'année dernière qui a énoncé un argument qui m'a fait réfléchir toute l'année. En effet, il n'y a de moyen de protéger son identité qu'en créant un compte et en surveillant ce qui se dit chez vos divers proches. Les miens n'étant pas familiés d'Internet (et ce n'est pas peu dire, croyez moi...), il faut prendre les devants. C'est triste, mais on en est là.

Vous trouverez mon nom, prénom, date de naissance et sexe. Ainsi qu'une photo issue de mon profil identi.ca. En sus, vous connaîtrez maintenant les gens que je connais.

The war is now opened.

dimanche, janvier 31 2010

spam parler français

Le SPAM, tout le monde connaît. C'est un business suffisamment lucratif pour que certains ne fassent rien et laissent nos boîtes pourrir. Qu'ils en portent les conséquences. Seulement, de temps à autre, il y a des choses drôles. Enfin, drôle... Moi, ça me fait rire. Si ce n'est pas votre cas, passez votre chemin !

Spam reçu de la société identifiée dans le mail tel que suit :

AZUR TOURS - "Les Alizés "
La Rigourdière
35510 Cesson Sévigné

Il y a d'abord quelque chose d'amusant, c'est que finalement, je reçois un spam pour une boîte mail qui est à Limoges d'une société rennaise.

Bref, je vous laisse vous amuser, tout comme moi, du fait que les mœurs se perdent ;)

dimanche, août 2 2009

Spam, je t'aime

Une fois n'est pas coutume, je vais recopier un spam quasi intégralement, parce que je trouve le contenu très sympathique. Bien sûr, j'enlève toutes les références commerciales et j'use du droit de citation. Tant pis. Je l'ai tout de même reçu cinq fois en moins d'une semaine.

Lire la suite...

mardi, juillet 14 2009

Identi.ca

Cela faisait un moment que je lorgnais twitter du coin de l'oeil. Aujourd'hui m'est donné la possibilité de faire la même chose mais avec une plate-forme libre. Une tribune rien que pour moi. Voici mon nouveau profil : http://identi.ca/jpgaulier.

Pas encore réussi à faire fonctionner mon client twidge pour poster depuis la ligne de commande, mais ça devrait se faire sous peu...

dimanche, juillet 5 2009

20 to 5

Comme mes élèves le savent ainsi que mes amis informaticiens, je me suis converti il y a fort longtemps aux flux rss (pas de s en plus parce que ça ferait presque union soviétique, même au pluriel) et atoms (rien à voir avec les protons et les neutrons) sous l'influence de Régis (un jour, tu me remercieras de t'avoir fait sortir de l'anonymat). Ceux-ci (les flux, pour ceux qui ne suivent pas) sont attachés à quelques sites d'information, mais pour la plupart sont issus de blogs qui se séparent en catégories :

  • sécurité informatique,
  • news IT,
  • news,
  • potes,
  • bd (de loin la plus grosse catégorie),
  • libre,
  • droit,
  • divers.

L'ordre n'a pas d'importance, il est venu dans sa construction historique. Aujourd'hui, ce n'est pas vraiment de détail technique dont je souhaite parler, mais de la catégorie divers. Dans celle-ci, j'ai quelques sites de buzz, ma veille managériale et de communication, des revues de bouquins et quelques sites spécifiques. On peut entre autre citer le blog de Caféine, de lâm ou encore de Titiou Lecoq. C'est mon côté voyeur qui ressort et qui me rappelle, en quelque part, que j'ai sûrement une part humaine, derrière la rigueur et le sérieux caractérisé que l'on me connaît.

Sur ce blog, je ne parle pas de moi. Je parle un peu de technique, pas mal de droit, un peu de libre et de sécurité. Pour une fois, je vais enfreindre mes propres règles pour que vous puissiez partager un bonheur fugace. Il y a une vingtaine de jours, Titiou se moquait gentiment de la virginité culturelle d'une de ses fraîches amies dans un domaine bien précis. J'élude, le propos ne nous intéresse guère. Évidement, comme j'ai encore du temps à perdre, j'ai suivi le lien pour aller découvrir cette perle. Je tombe sur un blog jeune et dynamique d'une jeune nana, qui travaille dans la comm, qui tient un blog anonyme sur ses humeurs, ses envies, ses emmerdes. En six mois, l'auteur, que l'on nommera anonymement Julie F. (ne vous y fiez pas, c'est un pseudonyme) reçoit 1250 commentaires. Pendant ce temps-là, moi, je peux comptabiliser 536 commentaires en 60 mois (je mets à part l'ancien blog, il m'est impossible de faire les décomptes ayant à l'époque perdu toute la bdd). Premier indice, nous avons donc une personne charismatique. Ou pas (Ce post de bravoure à lui tout seul vaut de découvrir le blog de la demoiselle). Je ne reviendrai pas sur les trois gros avantages qu'elle a sur moi (c'est une femme, elle raconte sa vie, c'est une femme), on découvre un écrivain d'une intelligence sournoise qui fait fi des bonnes manières (où l'on se moque des gros, où l'on se moque des handicapés, où l'on se moque des analphabètes). Que les gens qui conchient Desproges passent leur chemin, je suis en territoire connu.

La lecture se mêle de littérature, de cinéma, de voyage, de culture et de petits quotidiens. Bridget Jones, adieu, j'ai trouvé bien mieux, je garde. Le tout englobé par un humour féroce, je suis fan.

Comme tout le monde, Julie F. a ses défauts et petits péchés mignons : elle est fan absolue d'Éric Zemmour, elle a regardé de manière assumée la nouvelle star (moi aussi, mais pas depuis que Lio est dans le jury, faut pas déconner non plus) et elle ne prête pas ses livres. Elle est folle des Louboutins. De plus, elle a un avis tranché et si ça vous va pas, c'est pareil, quelqu'un.

Mais pourquoi ce titre de post si tu voulais simplement faire l'éloge d'un site ? Ce n'est pas l'éloge d'un site, c'est celui d'une personne. Le titre fait assonance au temps que j'ai passé pour lire l'intégralité des billets qui m'avait échappé avant mon arrivée. Il m'a fallu quinze jours pour pouvoir me fondre pleinement. Je dois dire que je m'y sens comme un poisson dans l'eau, et ça, ça fait mal.

Please, visit : Il était une fois sur le web

ps : si un employé de la mairie d'Ajaccio venait à passer sur ce post, et que par hasard, il me fournissait une copie pdf du registre des naissances du 10 mai 1983, je saurai fournir quelques spécialités bretonnes en échange, sans qu'il n'y ait pour cela corruption de fonctionnaire, bien sûr. Pas besoin des affiliations, juste le registre minimum :-)

pps : Julie F., si tu passes par là, ce qui n'est pas censé arriver, sache que la question est bien plus complexe que le descriptif n'y parait. Mais mes habitués l'auront compris.

mercredi, avril 15 2009

Les 10k de la SACEM

Il y a quelques mois, la SACEM a lancé une espèce de pétition pour soutenir la loi HADOPI. Ce formulaire se constitue de quelques champs et n'est vérifié que par un retour de mail, comme le remonte l'article de Numerama à ce sujet. Oui, mais voilà, n'importe qui peut inscrire n'importe quoi...

Lire la suite...

lundi, avril 13 2009

Crack boom hue

Ce soir, sur la chaîne parlementaire, il y avait un très bon docu-fiction avec des interviews prestigieuses, que je ne peux que vous recommander, Ça s'appelle krack connexions et ça devrait être visionné obligatoirement par tous les lycéen. C'est très bien fait et ce n'est pas très long. Très bon matériel.

Je vous copie le résumé tiré du site de la chaîne :

Conçu comme un véritable road movie à l’écriture filmique originale mêlant enquête et fiction, et au point de vue affirmé, ce film documentaire entend mettre en évidence les processus sur le long terme qui ont conduit au krach de 2008.

En privilégiant une lecture politique et historique de la crise économique, le film souhaite mieux éclairer et définir des solutions ou les risques à venir. Une volonté, résolue, de replacer l’homme, le facteur humain, les décisions politiques et les enjeux de sociétés au cour d’un discours économique qui avait eu tendance à les oublier.

L’histoire d’un trader en rupture de ban sert de fil rouge pour mener cette passionnante enquête, commentée en voix off à la première personne.

Son but : comprendre comment nous en sommes arrivés là ! Comment nous avons tous contribué à créer cette situation avant de nous faire dépasser et submerger ? Et si ce krach était en réalité la première secousse d’un séisme plus grave encore...

Prochaines diffusions :

Ce matin à 9H36 sur LCP

sur 24/24 :

  • Ce matin à 9H37
  • Mercredi prochain à 14H02
  • Vendredi prochain à 11H06
  • Dimanche 26 avril à 21H

dimanche, avril 12 2009

This is Sparta

On y est. Le troicentième billet de ce blog. Cela fait plusieurs semaines que je réfléchis à ce que je vais mettre, voyant le nombre fatidique se rapprocher. J'ai besoin de faire le point et de savoir ce qui sera la chose la plus importante que j'ai à dire. J'ai oscillé entre plein de choses : politique, sociologie, économie, informatique, internet, sécurité. Je n'ai pas réussi à trouver de consensus, tellement madame Albanel fait fort pour que l'on parle d'elle. Et puis, finalement, je suis revenu à l'essentiel dans ma vie. En espérant que ces traces évidentes laissées sur le net vous intéresse, vous font réfléchir ou vous questionne. J'espère encore continuer quelques années, en désirant plus de temps à consacrer à mes écrits. L'avenir, d'ici peu, nous le dira.

En attendant, je vous laisse avec ce qui m'importe :

Ainsi donc, que ce soit moi, que ce soient eux, voilà ce que nous prêchons, et c'est ce que vous avez cru. Or, si l'on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu'il n'y a point de résurrection des morts? S'il n'y a point de résurrection des morts, Christ non plus n'est pas ressuscité. Et si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. Il se trouve même que nous sommes de faux témoins à l'égard de Dieu, puisque nous avons témoigné contre Dieu qu'il a ressuscité Christ, tandis qu'il ne l'aurait pas ressuscité, si les morts ne ressuscitent point. Car si les morts ne ressuscitent point, Christ non plus n'est pas ressuscité. Et si Christ n'est pas ressuscité, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus. Si c'est dans cette vie seulement que nous espérons en Christ, nous sommes les plus malheureux de tous les hommes. Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Car, puisque la mort est venue par un homme, c'est aussi par un homme qu'est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ.

1 Corinthiens 15:11-22.

mardi, février 24 2009

Vol et licence globale.

Je m'étais pourtant assuré que je resterai tranquille et loin de toute la tracasserie du net sur la loi Internet et Création, mais à chaque touriste qui passe, il est nécessaire qu'un internaute, soit-il inconnu s'élève contre le vent d'absurdité qui passe sur la France. En gros, retour à la licence globale optionnelle. Merci, la boucle est bouclée.

Il y a quelques années, une espèce de rousse inconnue se mettait à chanter, affublée du pseudonyme Larusso. Soit, à chacun de choisir son sobriquet et à cela, je ne dirai rien, je ne parlerai pas de la musique produite ou chantée, on dira que ça ne rentre simplement pas dans mes critères. Bon, il faut dire que la jeunesse semble se passer le mot : "les gens qui téléchargent sont des voleurs", ce à quoi j'ajouterai que ceux qui produisent de l'ivraie culturelle sont des assassins. Oui, des assassins de la culture. si, si, j'assume. Mais nous sommes entre gens de bonnes compagnie, nous savons que ces choses n'existent pas, qu'il n'y a que de la cuisine de marque. Alors, tout comme le montre Tristan Nitot qui vient de voler la Joconde, le vol numérique en tant que tel, c'est à dire exprimé par la ministre de la culture ou les artistes eux-même, cependant, ce n'est pas du vol selon la loi. Et comme le dit si bien le dicton, la loi est dure, mais c'est la loi. Dire à qui veut l'entendre que télécharger sans redevance payer une œuvre non gratuite est du vol, c'est un mensonge. Le terme approprié, c'est contrefaçon. C'est d'ailleurs quelqu'un de super calé en droit qui nous le rappelle. Et je dis bien et emploie à bon escient "rappelle". Pourquoi ? Parce qu'on l'a toujours su. Télécharger, ce n'est pas du vol, mais de la contre-façon. Et qui deal de la contre-façon ? Un receleur. vous pourrez donc être accusé d'abus de recel si vous téléchargez une œuvre contre-faîte (art L122-5-2° et L211-3 du code de la propriété intellectuelle). M'enfin, jusque là, rien de nouveau. Pourquoi ? Parce que figurez-vous que j'en parlais il y a déjà plus de trois ans ! J'écrivais alors une lettre ouverte à Denis Olivenne, alors patron de la FNAC pour lui signifier qu'il se trompait sur beaucoup de choses.

Lorsque je télécharge un album musical ou film (que l'exécutif se rassure, je ne le fais pas), je ne prive pas quelqu'un de sa copie, je fais une duplication. Alors, où est le crime, où le bas blesse ? Et bien tout un tas de personnes qui gagnent de l'argent dans l'état actuel de la distribution ne pourraient plus en gagner autant. Enfin, du moins, c'est mon point de vue.

En parlant de gens qui gagnent un peu plus que moi tous les mois, je pense que la Licence Globale Optionnelle revient à grand pas. Comment le savoir ? Alors qu'on n'en parle plus beaucoup, un de ses plus grand détracteurs fait feu de mille flèches sur le sujet : Pascal Nègre veut nous convaincre que la licence globale coûte 40 euros par personne ET PAR MOIS. Bon, je ne sais pas d'où viennent ces chiffres, mais moi, j'en suis à 6 ou 7 euros par personne. En France, il y a 17 millions d'abonnés à l'ADSL. Pour monsieur Nègre, ça ferait 680 000 000 d'euros par MOIS (soit 8 160 000 000 d'euros par an, juste pour la musique...), vu par moi, ça ferait uniquement 119 000 000 euros par mois. Cette licence n'empêche bien sûr pas les particuliers d'acheter des cd, des dvd, des blue-ray, des jeux vidéo, d'aller au cinéma, d'acheter de la musique pour leur téléphone portable, des sonneries, de bande dessinées, de livres. En gros, on rend légal le téléchargement de musique (et monsieur Nègre ne parle pas de cinéma, juste de musique), on oblige tous les internautes à cotiser pour cette licence, une espèce de taxe de bonnes mœurs, et l'on reverse directement cela aux ayant droits. Non mais, de qui se moque t-on ? Comment devenir encore plus riche en n'en foutant pas une rame ?

Prenons exemple sur les artistes qui essayent de s'adapter. Je pense entre autre à Camille qui a mis à disposition pendant une semaine l'intégralité de son spectacle gratuitement sur le net (et honnêtement, c'est de la bombe). Cela m'a t-il empêché d'aller voir son spectacle ? Non ! Cela m'empêche t-il d'acheter des CDs ? Non. Je pense encore à ce groupe de rock ultra connu, radiohead, qui a mis à disposition son dernier album et où chaque utilisateur donnait ce qu'il voulait ? Résultat, l'album s'est vendu en moyenne à 5 euros, pour dix millions de recettes, et ce, sans intermédiaire. Je suis prêt à parier qu'ils ont même fait du bénéfice. C'est cela quand on évite les différents maillons d'une chaîne qui ne sert plus, depuis longtemps, à grand chose.

Avant de vous quitter, je ne peux m'empêcher de me gausser de la déculotter que prend l'IFPI au procès de The Pirate Bay. Un résumé est disponible sur Numérama. Je rappelle également, si besoin en était, que la position adoptée par le président de la république et la ministre de la culture associée quant à la coupure du net chez l'abonné qui téléchargerait des œuvres contrefaites est condamnée par la cour européenne des droits de l'homme, la cnil, un certain nombre de FAI, et bien d'autres institutions. Notons aussi que la Norvège pourrait proposer la mise en place de la licence globale.

On pourrait continuer longtemps, mais pour ce soir, it's enough :)

- page 1 de 8