samedi, février 14 2009

Happy Bourbon's Day !

All right reserved.

vendredi, février 13 2009

Keepin vous souhaite une joyeuse Saint Valentin

Et oui, on n'y échappe pas, c'est la saison des amours, Chocolat, bonbons, dîners romantiques et les spams associés. En effet, si je n'ai pas reçu vingt mails me vantant des produits à offrir pour cette fête, c'est que je n'ai pas dû en recevoir. Et je n'inclus pas dans ce décompte le nombre de mails que mon robot a jeté tout seul. Devant tant d'amour, j'ai fait un petit dessin qui rappelle mon style délectable d'enfant de trois ans.

Joyeuse Saint Valentin avec keepin !

N'oubliez pas que la Saint Valentin, c'est la fête de tous les amoureux. Moi, j'aime ma famille et keepin me permet de garder le contact avec eux au quotidien. Keepin vous offre de renouer le contact avec vos proches.

lundi, janvier 12 2009

Demain, Paris...

... et après, le monde.Enfin, on verra.

Journée à l'OSSIR où je vais écouter un local faire un retour sur une conf locale. Le voyage devrait être riche en lecture, officielles ou non.

Bonne journée les loulous.

UPDATE : si le lien ne fonctionne pas, cherchez rafi haladjian ;)

jeudi, novembre 20 2008

Il y a des matins comme ça

Ce matin, ça a été lecture intense de la presse, comme tous les matins, il faut bien se tenir au courant, sans trop se faire mal. J'ai arrêté la télévision, à ce point de vue, depuis longtemps, ça devenait trop risqué pour l'objet, de se voir balancer des outils contondant à travers la diagonale. Au moins, avec le net, ça me permet de prendre du recul. Bon certes, je loupe des fois des choses, mais à vrai dire... Je m'en fou :)

Un petit résumé d'un coup de gueule comme les autres, histoire que vous puissiez apprécier les matins, comme moi !

Dans un article de l'expansion, Didier Lombard nous dit qu'« Internet a fait son nid gratuitement sur nos réseaux ». Certains diront (et j'en fais allègrement parti :)) que ce n'est pas grâce à Orange. Ça me fait beaucoup rire (rouge) de voir cette société essayer de merchandiser le net. À mettre dans le même panier de crabes que SFR, Vivendi, Dadvis, J6M, et toutes la bande de ... qui ne méritent même pas d'avoir accès à ce média. Dans l'article, il est aussi dit que monsieur Lombard a écrit un merveilleux livre, ce que je veux bien volontiers croire. Là où j'ai du mal à comprendre, c'est comment quelqu'un dans sa position, qui doit être sur le business 24/7 a trouvé le temps pour écrire sur un sujet aussi sérieux. Je connais de nombreux managers qui sont n-6 sous lui qui n'ont pas de vie, alors, qu'on m'explique comment quelqu'un aussi haut trouve-t-il le temps ?

Un certain nombre de personnes ne sont plus à une ânerie prêt. On nous dit que tous les Français bientôt couverts par le haut débit. Je sens poindre le "tous ? Non, un irréductible village résiste encore et toujours contre l'envahisseur". Le vrai problème est de situer ce que l'on appelle le haut débit. 512 kb/s ? Dans ce cas, ok, mais c'était la norme au début de l'adsl il y a dix ans. Aujourd'hui, le haut débit, c'est 28 Mb/s, en dessous, vous êtes spoliés. Encore un effet d'annonce (quid de la vidéo, du streaming, de la qualité téléphonique, de la saturation des lignes et du filtrage de port ?) !!

On continue avec l'expansion et M6 qui trouve que l'environnement publicitaire est très difficile. Je suis étonné. Il y a t-il encore des gens qui regardent la télévision ? Vous savez, le truc pour lequel on paye une redevance exorbitante alors qu'on ne regarde pas les chaînes incriminées ni n'écoute les radios concernées ? On appelle ça le modèle social, un truc de gauche. Oui, la vie est dure, les femmes sont chères. Je ne pensais pas que c'était un monde de paillettes la téloch, mais apparemment, ça se confirme. Bienvenue en 2008, où le prix de l'essence, dans certaines stations, dépasse encore 10 Frs.

Toujours la pub et la téloch, avec une taxe sur les opérateurs télécoms. Une fois n'est pas coutume, je vais prendre la défense des opérateurs. Je ne vois pas pourquoi on va ponctionner de l'argent dans un secteur qui en a besoin énormément pour avancer en R&D (encore faut-il qu'il soit réinvesti, s'entend), pour le mettre dans un secteur qui ne rapporte rien et qui cherche à abrutir la masse ? Ah, je crois que je viens de trouver la réponse...

Oyé, Oyé ! Qu'il fait bon d'habiter en bretagne, je ne vous le fait pas dire. On propose d'exploser la redevance des sociétés d'autoroute. Jusque là, pas de soucis particuliers, sauf que devinez sur qui ça va retomber ? Bientôt, on payera plus de péage que d'essence, et pourtant, je vous assure que l'on fait des efforts pour que le prix du litre soit compétitif (avec les nouveaux tarifs des autoroutes, of course !).

En parlant des autoroutes et en me baladant pas mal, je me disais qu'il serait intéressant de mettre à profit ces longs couloirs, souvent exposés au vent pour les accompagner de nombreuses éoliennes, ce qui permettrait d'agrandir notre parc et d'avoir plein d'énergie renouvelable. Il semblerait que les sinistres pensent autrement et préfèrent miser sur le solaire, parce que c'est bien connu, la France est à côté de l'équateur et il fait toujours plus de trente cinq degrés au nord de la Loire.

J'apprécie les Monty Python. Je trouve leur façon d'aborder le problème du téléchargement et de la diffusion très intéressant. Non seulement, parce que c'est bourré d'humour, mais parce qu'ils ne vont pas sur la case procès et essayent de trouver des alternatives. Certes, les vidéos ont 30 ans pour certaines et devraient être distribuable gratuitement, car ils ont déjà beaucoup encaissé, mais c'est déjà une approche constructive. Enfin des gens qui avancent ! (Crétins de leechers !)

On passe au nouvel Obs. J'ai eu une réaction très vive en lisant l'article parlant de Carla Bruni. On interroge une chanteuse quelconque sur ce que ressent la France vis à vis de l'élection d'Obama. Personnellement, je serai sûrement démocrate si je vivais aux états-unis et l'intégrale de "the west wing" n'est pas là pour me contredire, mais je voudrais bien savoir de quel droit une chanteuse quelconque est représentatrice des français. Ah, on me signale que cette chanteuse quelconque est la première dame de France. Arrêtez le mélange des genres, c'est nocif pour la santé. L'artiste est l'artiste et peut rester l'artiste. La première dame doit être une première dame. Le mélange des genres, ça donne la DADVSI. Or, on gouverne par le peuple, pour le peuple et avec le peuple. Pas pour une caste précise. Vivement que je sois sénateur.

Toujours pipole, Jerry Yang démissionne de la présidence de Yahoo. Ce qui est impressionnant, c'est que le créateur se fasse huer par des gens qui n'ont jamais rien fait et qui sont arrivés là parce qu'ils avaient de l'argent. Je parle ici des conseils d'administration en général. Ce mec a monté Yahoo! Un peu de respect tout de même. Et pouvoir lutter contre Microsoft, franchement, je dis bravo Jerry !

Une grande nouvelle pour la communauté antivirale : Microsoft prépare une suite antivirus gratuite. Je n'ai pas été suivre la bourse, mais je pense que j'aurai dû suivre les actions de symantec et Mc Afee, s'ils sont cotés. Rappelez vous de netscape et MSIE. Je vous le dis, l'histoire va se répéter (et pendant ce temps là, certains payent pour avoir des antivirus...).

Allez, pour finir, deux petites nouvelles qui me réjouissent. Le rapport de Tera Consultants et Equancy & Co remis en cause, où l'article nous montre un joli diagramme des sources de l'enquête. Ça fait plaisir de voir que les enquêtes ministérielles sont impartiales et réalisées par des professionnels du milieu, c'est à dire des scientifique. Quoi, trois pourcents, c'est déjà un bon nombre chiffre !

Et pour finir, Xavier (Iliad) riposte (avec humour) à Frank (SFR), je n'aurai pas osé, mais je n'aurai pas dit mieux. Pendant ce temps là, free nous fait la promesse d'offrir le téléphone mobile illimité pour trente euros. Je vote.

samedi, novembre 1 2008

Camille

Ce soir, en guise de cadeau d'anniversaire, je suis allé voir Camille Dalmais en concert, seul. Évidemment, seul. En un mot, comme sans : conquis. Je pourrais expliquer en quoi son travail vocal est impressionnant, en quoi ses arrangements sont énormes, je me contenterai de dire que ce soir, elle m'a fait aimer le orange, la couleur. Les gens qui me connaissent savent ô combien je déteste cet amas de pigment qui représente soi-disant une couleur, mais ce soir, c'était bien. J'en ai encore plein la tête et les yeux.

Étant depuis longtemps fatigué, je ne puis que m'émerveiller de voir cette jeune femme sauter dans tous les sens, bouger, donner le tempo, jouer avec son public et les siens. Pour tous ceux qui ne connaissent pas, cherchez tout de suite "le fil" de Camille. Allez sur Deezer, ça vous évitera de vous faire couper votre connexion.

Un quart de queue et sa compagne, deux human beatboxes, quatre choristes (deux par sexe) et Elle.

Simplement ravi et étonné, surpris. C'est dans ces quelques moments où je souhaiterai que l'anonymat ne devienne que figure de style pour pouvoir échanger durant des heures.

Lundi, boulot.

mercredi, octobre 8 2008

Homme 1, Femme 2. Ah non, 0.

Maître Bortzmeyer nous a dégoté une petite news à pas piquer des worms. L'ISO est assez connu pour normaliser tout et n'importe quoi. Nous savons maintenant à quoi on passe son temps un certain nombre de personnes dans les bureaux, là-bas :

Élément de données Code
Inconnu 0 (zéro)
Masculin 1 (un)
Féminin 2 (deux)
Sans objet 9 (neuf)

Donc, lorsque vous ne connaissez pas le sexe (0 à 6 mois ?), c'est un zéro. Et lorsqu'il est sans objet, c'est un neuf. Les escargots sont sauvés \o/.

Pendant ce temps-là, chez Postgresql, on a zéro pour les femmes, et un pour les hommes. Pour certains, cela représenterait l'humain dans sa profonde nature sexuelle. Freudien ?

vendredi, octobre 3 2008

Bureau de demain

Je suis toujours épaté par toutes les singeries que je peux trouver sur le net. La dernière en date dépasse beaucoup d'autres. Une dizaine de personnes ayant des faits de guerre importants (patron de linkedin, directeur de google, fondateur de deezer, etc) ont été interrogé sur ce qu'ils pensent être le bureau de demain. On retrouve ce récit à travers une vidéo. Mis à part les propos de Patrick Margron, DRH de Veolia Water STI qui semble avoir un réel soucis de ce à quoi peut servir son bureau, tous les autres semblent être obnubilés par la technologie ou l'apparat. Ça va du maniaco dépressif qui veut du blanc partout, au mec qui vit encore dans les années cinquante avec une prédominance patronale sur le bas peuple, en passant par le zinzin de la technologie qui ne parle pas de bureau, mais d'accès continu à l'information.

Ça me rappelle fortement une rédaction que j'avais loupé en classe de troisième où le sujet consistait à décrire la chambre de ses rêves. En bon technophile que j'étais, j'avais bourré mon nid douillet de gadget. La sanction ne s'est pas fait attendre. On me demandait de décrire une chambre, pas un bric à brac technologique. Du coup, messieurs, zéro pointé pour votre intervention, sauf pour notre cher DRH qui s'en sort avec les félicitations du jury.

Il y a cependant quelque chose qui m'inquiète fortement dans tout cela. À faire de moins en moins de technique pour d'obscures compétences en management, je vais finir par croire que je suis trop vieux pour ces conneries. De là à donner une poignée de main à un directeur des ressources humaines, il n'y a plus qu'un pas.

C'est triste de vieillir.

vendredi, septembre 26 2008

Faillite, rss et humour

Kikoo, LOL ! Trouvé ce matin dans un de mes flux rss/atom. Je trouve qu'il y a quand même un poil d'humour britanique dans tant de cynisme libéraliste.

mercredi, août 20 2008

Désir narcissique du bien être et expression du besoin de donner.

Je déteste ce mal être autant que je l'affectionne. Il me fait sentir vivant autant qu'il me tue. Être obligé d'écrire pour éviter d'exploser, être obligé de souffrir pour éviter d'imploser. Que n'ai-je de soucis de me pardonner afin de pouvoir vivre librement, simplement. Dire je t'aime serait un cadeau, mais aussi un délit. Et je ne peux l'exprimer et je me dois d'attendre, tout en me vidant de mon sang d'encre, dégoulinant, suicide sur papier. Ailleurs. C'est là-bas que je voudrais être. Surfer, boire, manger, m'amuser, rigoler. Aimer le soleil, boire et mourir. Non, au lieu de cela, je suis raisonnable, terriblement, à l'extrême. Je me tue, à petit feu. Il est un temps où mon alter ego sortait, la nuit, pour écrire, pour diffamer la vie, lui cracher sa rancœur. Et puis la vie a changé, la vie a évolué, à voulu faire croire à une chance. Une illusion, le temps de l'éclipse. Et maintenant, elle voudrait revenir me conter ses doux rêves. Elle m'arrache le peu d'énergie et de volonté que j'avais accumulés. Je préférerai coder un noyau. Ça aussi j'en suis incapable, cela aussi, elle me l'a volé. Le bit s'accélère, le cœur s'agite. Il a ses raison que la raison. On connaît la chanson. Merci, rideau, on range. Raz le bol, mais vraiment. J'avance, je recule, je touche, je passe, impair et manque. Que veux-tu à la fin ? Oui, non, peut être, pourquoi pas, mais. Où est donc Ornicar ? On se le demande. En ballade à Oz, du moins, la dernière fois qu'on l'a vu. Cependant, il ne la connaissait pas, elle. Oui, et alors ? En musique, ce serait un nouveau style, mélange de classique et de jazz, mais rien à voir avec du Gershwin. Non, une vraie fusion atomique. Elle se cherche sans se trouver, je l'ai trouver sans la chercher. Attendre, encore, toujours. Attendre. Vingt, trente, quatre-vingt. je ne fais qu'un passage de toute façon, pourquoi m'embarrasser ? Parce que je ne supporte pas la vie sans. C'est réellement triste à dire. Ça me tue, à petit feu. Des erreurs, encore et toujours. Pourquoi faut-il être né scorpion avec un caractère de grenouille ? Marée basse, ramassage de coquillages. Mais la marée monte vite, et je me retrouve noyé. Enfoui sous le sable et la vase, à côté d'une Saint Jacques qui me fait la conversation. Ça brasse à droite, ça brasse à gauche. Ça monte, ça descend. Que dois-je faire ? Là est la vraie question. J'aimerai bien qu'elle existe, parfois, qu'elle ne soit pas que le reflet schizophrène de mon élucubration féminine. Au moins, elle saurait. Non, elle sait. Elle remplace l'amour par la haine, la bonté par le cynisme, la mansuétude par l'implacabilité. Mais au moins, elle vit. Moi, j'existe. Comment peut-on se complaire à vivre toute une vie dans un rôle de Diafoirus ? C'est bénin, petit, idiot. Je vaux mieux, je vaux cent fois mieux. Mais j'ai décidé d'obéïr, de vivre cette vie et pas une autre, de perdre la mienne, parce que c'est le mieux. Je ne le regrette pas, je me lamente, je fais mon Jérémie. Je sais où est le bon, où est le meilleur. C'est Lui, mais moi, je la voudrais Elle. Que puis-je faire contre cela ? Rien. J'écris, c'est pour me calmer, je vis parce que c'est là mon devoir. Oui, j'ai mal, et alors ? Il n'y a que moi, il n'y a toujours eu que moi. Quand bien même je serai une perfection, l'adoption ne semble pas être de ce monde. Il faudrait oublier d'être une figure de Lui, pour vivre dans ce monde là. Je ne peux pas, car sans Lui, je ne suis plus moi. Parole de Linnet. J'en ai marre. Une chanson, aux voisins les voisines. L'air trotte, mais le contenu en est bien vide, comme tout le reste. Vomir. Bientôt. Vite. Je déteste cela. Je continue à me vider, pourtant. Quel fou, ce poète, qui voulait jouer à quatre mains. Quel insensé. Il m'a tué. On dirait du homard, mais sans aire. On dirait l'imaginaire de Pérec, mais pas la version de Marie-jo. Elle va bien, elle, d'ailleurs -- merci.

Je te le dis quand même.

jeudi, août 7 2008

Outlook, Cc et compagnie

Nous avons, de temps à autre, quelques retours vis-à-vis de keepin sur le fait que nous n'inventons rien et qu'on peut faire la même chose avec outlook, yahoo, gmail ou que sais-je encore.

A la première réflexion, je ne puis qu'être d'accord sur le fait que nous n'inventons rien, mais, malheureusement, je pense que nous n'avons pas inventé grand chose en informatique depuis une dizaine d'année, si ce n'est plus. On améliore quelques concepts, de temps à autre, mais du vraiment nouveau, je ne vois pas vraiment. Non, par contre, avec Keepin, nous essayons de changer la donne pour l'utilisateur, lui simplifier la vie, et cela, c'est un réel changement.

Alors que répondre face à ce que vous offre les messageries ? Une liste de discussion n'est ni un alias, ni une mise en commun simple d'un ensemble d' adresse de courrier électronique. Une liste de discussion possède différentes formes, mais également des droits, que ce soit d'administration, de modération ou d'utilisation. Pour les formes de liste, voici une énumération rapide (tirée de sympa) :

  • Liste de discussion
 * archives publiques
 * seuls les abonnés peuvent poster des messages
  • Hotline
* droit de poster des messages ouvert à tous
* archives privées
* abonnements contrôlés
  • Html-news-letter
* liste publique et modérée
* les adresses des abonnés sont protégées

(contre le spam)

* le format de réception par défaut est HTML
  • Liste pour l'Intranet
  • News-letter
* liste publique et modérée
* les adresses des abonnés sont protégées

(contre le spam)

  • Groupe de travail privé
* seuls les abonnés peuvent poster des messages
* archives privées
* abonnements contrôlés
  • Forum public
* Les messages peuvent être consultés par mail

(abonnement) ou par l'interface web

Si je résume, donc, avec une liste de discussion, on peut choisir s'il y a des archives ou non, qui peut s'abonner et comment (librement, sur invitation), le type des mails envoyés par défaut (texte ou html), si les envois doivent être modérés ou libre, etc. De ce fait, la possibilité qui est donnée dans les logiciels de courrier électronique d'écrire à plusieurs personnes simultanément, que ce soit par l'intermédiaire de copie (Copie Carbone ou Cc) ou par des "alias" qui ne sont en fait qu'une façade et qui emploie en réalité le mécanisme des Cc.

En plus de tout cela, tous les destinataires voient leurs adresses révélées à tous, au risque que ces dernières soient compromises par du spam ou des virus. En effet, pour faire un retour rapide, lorsqu'un virus est sur le poste d'un des destinataires, il y a de grande chance qu'il essaye de scanner les adresses de tous les e-mails reçus sur le poste. Chemin faisant, le mail contenant toutes les adresses se verra également attaqué et le virus essayera de se répandre auprès de tous les contacts associés aux mails.

Avec une liste de discussion, vous n'avez pas ces problèmes, d'abord parce que seul le robot de la liste connait l'intégralité des adresses et ensuite parce qu'un antivirus serveur est souvent monté de concert avec un robot de liste.

Pour toute ces raisons, lorsque vous communiquez souvent avec les mêmes personnes, que ce soit dans le cadre privé, associatif ou professionnel, il est bien plus facile d'utiliser des listes de discussion. Cela vous permet en plus de ne plus avoir à retenir ou garder constamment sous la main toutes les adresses de vos correspondants préférés, puisque vous n'avez plus qu'à vous souvenir de l'adresse de la liste pour joindre tout le monde.

samedi, août 2 2008

Et l'Université, alors ?

Laurent Bloch, pour qui j'ai le plus grand respect, a écrit pendant ce dernier mois, un certain nombre de billets quant à sa nouvelle fonction de DSI à l'Université Dauphine. Cela n'est pas sans faire écho chez moi de nombreuses réflexions dûes à mon ancien poste d'assistant Ingénieur au sein de l'Université de Limoges. Ayant vécu pendant trois ans cette situation, je peux me targuer d'avoir un peu plus de recul sur le vécu intérieur, même si Laurent a, quant à lui, beaucoup plus d'expérience que moi dans notre domaine.

Ce qui est regrettable, en université, si ce n'est des castes dont je ne parlerai même pas, c'est la centralisation et la décentralisation, le tout dans un instantanée. En gros, il semble que la révolution culturelle de 1968 soit restée dans les mœurs et qu'il soit interdit d'interdire, qu'on ne puisse mener une réflexion à terme que si tout le monde est unanimement du même avis. Difficile dans ces conditions d'avancer de manière sereine et intelligente. Le bien commun étant souvent l'ennemi de l'évolution, mais l'épouse du statu quo.

Je me souviens, avec tendresse, de l'année où Blaster est sorti. Premier vers, à mon sens, intéressant, qui s'attaquait à notre ami windows XP. La faille est révélée, deux semaines plus tard, un exploit est fonctionnel. Il ne reste plus qu'à attendre quinze jours pour voir un vers s'emparer du pactole. La réaction de mon supérieur technique, à cette époque, celui-là même qui ne savait pas détarer un paquet en ligne de commande ou qui tapait à deux doigts et qui croyait encore que windows était un système d'exploitation, m'avait ordonné de mettre l'affaire sous silence pour ne surtout pas affoler la population de mes collègues. À la rentrée, nous avons donc fait un déverminage en bonne et due forme.

L'autre affaire sympathique se résume au crédit dont chaque laboratoire dispose. Pour une année donnée, on vous octroie une somme. Si cette somme s'avère ne pas être dépensée, non seulement on vous reprend le surplus, mais l'année d'après, vous aurez moins de crédit. C'est un traitement intelligent, n'est-ce pas ? De ce fait, j'ai vu fleurir des imprimantes laser couleur, des caméras IP, sans qu'il n'y ait de réel besoin, tout cela afin de garder les crédits qui seraient royalement octroyés l'année suivante. On parle souvent de déficit, j'aurai plutôt tendance à visualiser une gestion hors du temps.

Pour finir, je ne parlerai pas des passe-droits, de promotions douteuses, de grilles de salaire improbables, ni de l'armée mexicaine d'une vingtaine de personnes là où la moitié suffisent amplement. Je ne parlerai pas non plus de pressions irrespectueuse d'hommes envers leurs collègues ou de réflexions à des subordonnés que la politesse même ne pourrait tolérer.

Non, au lieu de cela, je vous dirai que je garde un très bon souvenir de ma période de travail à l'université, j'y ai passé du bon temps, découvert quelques gens intéressants (mais aussi de vrais salauds), qu'il y a la possibilité d'amener d'extraordinaires changements, mais que cela passera par une meilleure gestion des ressources humaines, qu'il faut une vraie gestion de carrière, un turn-over plus important (quoi, un poste à vie, ce n'est pas une promotion ?) et un peu de confrontation avec la production en entreprise privée.

Je dédie ce billet à Laurent, qui a su me l'inspirer, mais également à tous mes collègues qui me lisent, et qui se reconnaîtrons, d'un côté ou de l'autre de la barrière :) (Pour Régis, PP et Pierre, je ne me fais pas de soucis, hihi !)

vendredi, août 1 2008

Un nouveau blog

Salut à mes amis lecteurs. Refonte complète du site avec installation de la nouvelle version de dotclear. Tout ne s'est pas fait dans la facilité (suivant, suivant, suivant, installer...), mais il semble que tout soit à peu près up. Il n'y a plus qu'à découvir les nouvelles fonctionnalités maintenant. Bonne journée et à bientôt :)

ps : le lien rss a changé !

dimanche, juillet 20 2008

Keepin, gardez le contact !

Le 13 janvier 2007, je réservais un nouveau nom de domaine, après m'en être concerté avec mon binôme de toujours. Ce nom aura une consonnance anglaise : keepin. Mais qu'est ce que cela veut dire ? Il y a plusieurs approches. La première voie que nous avons adoptée est que keepin est la contraction de to keep in touch, qui signifie garder le contact. Il y a un autre sens qui peut être to keep someone in someting, ce qui signifie approvisionner quelqu'un. Et bien keepin, c'est un peut tout cela. Ça permet de garder le contact avec ses proches, sa famille, ses amis, ses associations, son entreprise, et ça permet d'approvisionner de nouvelles tout votre entourage.

Dans les faits ? Keepin est donc une SARL ouverte par quatre copains le 02 avril 2008 (certains verront le clin d'œil) qui a pour objectif de permettre au public, particulier ou professionnel, de garder le contact, à travers des listes de discussion.

J'ai d'ores et déjà reçu de nombreuses remarques, quasi immédiates, de la part de copains informaticiens, criant à qui voulait l'entendre que ce n'était en rien une évolution et que beaucoup de monde proposait déjà ce service. Alors dans ce premier billet consacré à keepin, je vais tâcher d'expliquer pourquoi nous avons choisi de proposer ces fonctions :

  • nous garantissons un service sans publicité : non seulement il n'y a pas de bannière publicitaire, mais nous n'ajoutons pas de fioriture dans les mails que vous transmettez vis nos services. Contrairement à certains concurrents, vos mails sont une priorité pour nous, ainsi, nous les remettons à vos destinataires tel quels, sans ajout ou une dégradation d'une quelconque nature,
  • par le jeu des listes privées, seules les personnes inscrites à votre liste peuvent poster des messages, ce qui vous garantie la limitation des spams et des virus à leur maximum,
  • nous respectons vos données personnelles. Aucune donnée n'est revendue, seules les données essentielles à notre service, couvrant l'aspect légal, vous sont demandées. Tout comme vous, nous tenons à notre identité et pour cela nous respectons la vôtre,
  • plus qu'une seule adresse à retenir pour joindre tous vos contacts en une seule fois. Fini la galère de gestion des alias, des copies carbones qui ne fonctionnent pas. Ici, vous avez des administrateurs qui peuvent ajouter ou supprimer des adresses mails sur la liste, pour le reste, les utilisateurs n'ont qu'à se servir de leur logiciel de courrier habituel.

Et le prix dans tout cela ?

À oui, le prix. Nous ne sommes pas un œuvre bénévole et charitable, contrairement à beaucoup de choses que nous avons monté (alt87, la Freeduc-sup, l'Éof...), alors qu'en est-il ?

Nous avons beaucoup travaillé sur la question afin d'offrir des tarifs les plus bas au public. Ainsi, nos prix partent de 21 centimes par personne et par mois et sont dégressifs en fonction du pack choisi. Cependant, pour des contraintes de gestion et de facilité, nous avons décidé qu'une seule personne puisse acheter le pack pour le groupe. Nous vous laissons le plaisir de gérer la caisse communautaire :)

Pour ceux qui cherchent à faire le calcul, le premier pack pour dix personnes est à 25 euros. Dans une année, il y a douze mois (si cela n'a pas changé), ce qui donne (25 (€) / 10 (personnes)) / 12 mois = 20,8 cents. Pour le prix, je vous invite à trouver mieux, sans pub, sans spam et en conservant votre vie privée, tout cela en conservant la plus grande simplicité à chaque étape !

Voilà, une première approche de keepin, j'aurai l'occasion de revenir sur la question dans d'autres billets.

samedi, avril 12 2008

Mes CGus, tes CGUs, des CGUs...

Prélude : mamie, si tu lis ce billet, livre-de-fesse n'est pas un site pornographique, mais un pseudo réseau social, qui au vu de ses traductions des conditions générales d'utilisation ne mérite pas tellement mieux que la pseudo traduction que je lui attribue :)

Non, vous comprenez, l'honneur avant tout ! Allez, on passe au vif du sujet :

Comme toute personne connectée, vous n'aurez pas échappé à la dernière déferlante d'Amérique du nord des derniers mois, à savoir livre-de-fesse. Étant plutôt informaticien dans la vie comme à la maison, les quelques copains que j'ai sont souvent issus du même milieu que moi. Alors fatalement, ils n'ont, eux non plus, pas échappé à ce matraquage en règle. Seulement, contrairement à la plupart de ces énergumènes, je n'ai pas de mac et je n'utilise pas msn(c), simplement parce que j'ai des convictions et que je les applique à ma conduite avant de vouloir les imposer aux autres :) De ce fait, mes charmant, mais néanmoins crédules copains ont ouvert un compte sur livre-de-fesse. Pourquoi je n'ouvrirai pas un compte sur livre-de-fesse.

Site sobre d'approche, si vous voulez en savoir plus, il va falloir se coltiner les CGUs, ou conditions générales d'utilisation. Pour le commun des mortels, c'est quelque chose d'assez incompréhensible. Un condensé de pseudo droit, sous une forme pseudo juridique. Un truc qui dit souvent que vous avez tous les torts et que vous ne pouvez rien demander à l'entreprise qui gère le site/service sur lequel vous êtes inscrit. Bien souvent, ces CGUs, équivalent des lignes en petites lettres sur de juteux contrats, révèlent de vrais trésors d'inventivité de la part de leurs créateurs. Je n'ai malheureusement pas la stature d'un maître Éolas pour vous parler de droit, mais rien ne m'empêche d'appuyer là ou ça fait mal.

Le danger n'est pas toujours là où on peut le croire, alors avant de vous jeter sur un nouveau service disponible sur Internet, soyez curieux et voyez si ça ne va pas chauffer pour votre matricule en retour de bâton.

Allez, on passe sur la partie intéressante du site : conditions générales d'utilisation ou comment faire n'importe quoi, n'importe où

Lire la suite...

mercredi, avril 2 2008

Mais que se passe t-il ?

De mes lectures, mes préférées restent tout de même les RFCs. Je dois ça à mon karma psycho-rigide, paraît-il. De ces RFCs, j'aime particulièrement celles devenues standards, mais également celles qui tendent à la réalité quantique de la science informatique. Il en est ainsi de la sacro-sainte 1149. L'année dernière, à la même époque, je m'esclaffais devant mon supérieur qui me prenait enfin pour un barge de voir une création si merveilleuse prendre une belle vie dans le si parfait ascii art. Cette année, on est gâté :

samedi, mars 29 2008

OSSIR Bretagne, avril/08

Nous aurons l'immense plaisir d'accueillir Franck Veysset, président de l'Observatoire de la Sécurité des Systèmes d'Information et des Réseaux le 8 avril à Thomson. Il fera un retour sur les attaques majeures qui se sont déroulées en 2007 ; il reviendra sur les impacts et en tirera quelques préconisations. C'est intéressant que des seniors de la sécurité et qui ont un impact sur la communauté française et internationale puisse faire part de leur avis sur la question et donner leur vision et approche de la sécurité, ou parfois, du manque de sécurité ;)

Le deuxième intervenant est Hervé Troalic. Il travaille actuellement chez Orange Business Services, qui n'était encore il n'y a pas si longtemps Silicomp/AQL, la cellule sécurité existant depuis de nombreuses années dans cette société. Il reviendra sur les attaques des applications web et plus particulièrement sur les XSS, les injections, ou pourquoi un firewall et un antivirus ne sont plus suffisants dans ces configurations d'attaque.

Vous pouvez retrouver l'intégralité de l'invitiation sur le site de l'OSSIR Bretagne

vendredi, mars 28 2008

Les bruits du silence

Pas beaucoup de publication cette année sur ce blog, ça se fait désertique et silencieux, en dehors de quelques coutures en LaTeX (ça, c'est pour les statistiques ;)). C'est le résultat d'une année chaotique, occupée, préoccupée, dense, fatigante, stressante. Oh, il y aurait beaucoup à dire, mais il y en a encore beaucoup plus qui ne peut pas se dire. Non, ce que je peux noter, c'est que de nombreux sujets qui m'intéressaient, et pour certains que j'ai présenté ou gribouillé, ne sont pas apparus. Je pense entre autre au résumé du sstic 2007 qui était prêt et qui n'a jamais été publié. On attend toujours l'ouverture des inscriptions pour 2008. Prévision de booking en trois jours, attention !

J'attends toujours mon diplôme homologué par le Conservatoire, histoire d'être rassuré lorsque j'aurai ce foutu papier entre les mains, tourner complètement la page. Les attestations, c'est bien, mais le papier de l'imprimerie nationale, c'est mieux !

Comme vous l'aurez peut être constaté, les élections locales se sont déroulées il y a peu, ce que j'en retiens :

  • Alain Rodet, élu au premier tour. Limoges à gauche depuis plus de cent ans, la ville piétine, mais on ne voit pas pourquoi. On devrait obliger les candidats à ne pas pouvoir briguer plus de deux mandats consécutifs, ça renouvellerait le parterre.
  • 53 % de la population rennaise a voté, 3% de blanc. Le maire a été élu à 60 %. Si on fait un calcul rapide, l'élection amène à un choix de la gouvernance par 30 % de la population. Pourquoi ne pas changer la méthode de vote, et par la même, la constitution ?

Vous l'aurez également noté, on parle beaucoup de licence globale ces temps-ci. Certains qui se sont ardemment battu comme moi pour son adoption, contrairement à ce qu'a proposé le futur ex directeur de la FNAC et qui est tout simplement liberticide et catastrophique, certaines major sont en train de faire volte face. Non, non, l'idée ne vient pas d'en bas, il y a des génies qui y ont pensé avant hier, c'est tout !

Le seul vrai point négatif dans tout cela : je n'ai pas avancé la documentation de scapy comme je le souhaitais en juin dernier. J'ai du retard, il va falloir que je m'y plonge sérieusement !

Pour finir sur un vrai point positif : Pour être écolo, ne mettez pas votre planche de surf sur la voiture lorsque vous allez bosser, mais seulement quand vous allez à la mer ! (Parle à ma main ! (c)Terminator3)

vendredi, février 22 2008

L'expression de la solitude

echo "I love you, Master. Ready to serve." | festival --tts

lundi, janvier 21 2008

Je ne vole pas de voiture

Une fois n'est pas coutume, je vais relayer deux vidéos. La première est une réaction d'un groupe vert qui possède 42 sièges au parlement européen. En gros, cela relate que la copie n'est pas un vol, mais une perte de manne financière pour l'industrie du divertissement. Un point de réaction intéressant, à condition que l'action ne s'arrête pas là. La deuxième vient justement de cette même industrie. C'est un passage d'une émission sur une chaîne qui n'aura bientôt plus de pub et qui sera rémunérée par ma connexion internet. L'artiste, que j'apprécie énormément, est Peter Cincotti. Si vous aimez le jazz, c'est un must.

Lire la suite...

vendredi, janvier 18 2008

Free Home Video : la critique.

Il y a quelques mois, le 19 juin 2007, Iliad, par l'intermédiaire du fournisseur Free, réalisait un rêve, défendu ici même avec force pendant les événements de la DADVSI. En effet, alors que le ministre de l'époque, RDDV, voulait imposer une riposte graduée, traquant les internautes pour quelques téléchargements, et fatalement la fin de l'ère de la toute puissance des majors, d'autres défendaient l'idée d'une rémunération plus juste, pour un avancement de la culture dans l'égalité et le plus grand bien de tous, majors comprises. Voici ici le retour sur ce service.

Lire la suite...

- page 2 de 8 -