mardi, avril 2 2013

Autour de la Pâque

Ça faisait longtemps que je n'avais rien écrit, pris à droite et à gauche, surtout dans l'est de l'Europe ;)

J'ai eu une commande un peu particulière pour un accompagnement sonore d'une petite pièce. On m'a demandé une création. Je vous mets ici la première prise qui au final a dû être raccourcie, et qui a quelques accrocs, surtout sur la première partie, mais au final, c'est assez sympa, enfin, je trouve. De toute façon, j'aime bien l'instrument.

Vous n'aurez donc que la version bêta, mais c'est déjà pas mal pour une mise à jour de billet sur le blog ;) Enjoy your day !

Morceau disponible sous licence CC-BY-SA

Pour ceux qui sont férus de culture, sachez qu'en français, il y a Pâque et Pâques. La première fait référence à la Pâque juive. La deuxième fait référence à la culture chrétienne. Petit point sympatique, on dit «Pâques» tout seul et c'est alors un nom masculin singulier. Mais lorsque l'on dit «Joyeuses Pâques», le mot est alors féminin pluriel.

lundi, février 14 2011

Happy Bourbon's day 2k11

En ce jour particulier et si solennel, je me suis longtemps demandé si oui ou non il fallait bloguer. Bloguer pour dire quoi, pour le dire à qui ? Cher lecteur, fait unique et avantage rare, j'ai demandé à mon alter-égo littéraire de bien vouloir accepter un quatre mains d'exercice pour fouler au pied cette journée. Nous accueillons donc exceptionnellement lulu (ouaissss !!) pour cet essai artistique où réalité et fiction mélangent sentiments et crustacés. Nous préférons prévenir que nous espérons ce texte beaudelairien et que les mots sont susceptibles de blesser les plus jeunes d'entre nous. Le PEGI étant annoncé, nous pouvons, le rideau, laisser tomber.

Dédicace : nous dédions notre art à notre fils, Marc. Puisses-tu te marier de notre vivant et que nous jouissions de ton bonheur, pour toute l'affection que nous te portons.

Aucun(e(s)) auteur(e(s)) n'a été blessé durant la (émouvante) rédaction. Aucune substance ne fut. Nécessité fait loi.

Lire la suite...

jeudi, décembre 23 2010

Le monde, supplément TV, dimanche 5/lundi 6 décembre 2010

Hier soir, Miss bonbon et moi-même devions nous rendre à un spectacle, que dis-je, une pièce de théâtre, mon bon monsieur. Et pas n'importe quelle pièce. "Blogueuse", écrit par Titiou Lecoq et la non moins célèbre Julie F. Seulement, voilà, le jour n'étant jamais comme la nuit, sinon peut être aux cercles polaires, Miss bonbon a préféré sortir encapée de sa couette avec une rhino-pharyngite, plutôt qu'avec moi. Pourtant, ça aurait été notre première sortie entre fille depuis longtemps. Tant pis. Je décroche mon sms (appareil de néandertal, ayant comme fonction principale et unique l'envoi et la réception de message de 140 caractères, à ne pas confondre avec twitter) et propose à la princesses de Saba de venir découvrir une pièce de théâtre française. Deal.

Lire la suite...

vendredi, octobre 1 2010

Loopbacked ?

Véridique, ce jour :

Pouvez-vous me dire à quelle machine ou serveur correspond l'IP 127.0.0.1 ?

Et ouais...Il y a des lectures qui se perdent...

lundi, septembre 20 2010

Menus changements

L'année aura été longue, très longue. Beaucoup moins de publications sur ce blog, beaucoup moins de travail personnel. Pour autant, cela n'est pas dû à une vie personnelle particulièrement riche. Non. Mon activité professionnelle m'a amené à piloter un projet suffisamment important pour que le soir, de guerre las, je sois psychologiquement et intellectuellement fatigué, n'ayant que pour envie de légumiser. Combien il est bon d'apprécier être à pied d'égalité avec une carotte ou une pomme de terre, pouvoir se raconter des blagues à faire rougir un radis.

Pour autant, cela n'a pas bien fait avancer mon business, ni mes prétentions. Alors, que se passe-t-il ?

Cela fait plus ou moins deux années que je cherche de manière plus ou moins active un emploi qui me permettrait d'aller au-delà de ce que je fais actuellement. Finalement, mon âge aura été le facteur le plus handicapant de toutes mes recherches et s'avère en désaccord avec la bienséance française. Quelqu'un de moins de trente ans, semble-t-il, ne peut pas assurer de manière cohérente, des responsabilités à un haut niveau. Ou peut-être faut-il avoir fait X ou l'ENA. Toujours est-il, qu'en désespoir de cause et après avoir passé une année à mi-temps dans le train, j'ai élargi mon champ de recherche.

Ainsi, il me faut remercier toutes les entreprises qui m'ont permis de faire ce choix délicat : Orange, Nexans, Canon, l'Éducation Nationale, Lemahieu, Taste, le CHU de Rennes, RTL, GSanté, Glon, Abaka et Thomson.

Un grand merci, car sans vous, sans votre volonté, je n'aurai jamais franchis le pas de quitter cette belle ville de province qu'est Rennes pour aller conquérir la capitale française. Sans jambage, j'officialise donc ce gros changement qui intervient dans ma vie, je deviens parisien (tête de chien). Le pire, c'est que cela me ravit. J'avais en effet besoin d'avancer, de changer les choses, bousculer les événements, rencontrer des gens, vivre et sortir. J'étouffe dans mon habitude établie et j'aspire à du changement. C'est au moins radical.

J'ai donc accepté une mutation au sein de mon entreprise. Cela a l'avantage de me faciliter la liaison, tout en me laissant l'opportunité de nouvelles perspectives. En l'état, je suis donc le nouveau responsable du consulting sécurité de mon agence parisienne. Enfin, je le serai, dans 11 jours. Un service à monter, une offre à créer, des choses intéressantes pour une vision de la sécurité tangente. En effet, j'ai le plaisir et l'avantage de traiter la sécurité au quotidien au sein de la production, la vraie, celle qui ne souffre pas qu'un délire stalinien vienne mettre son grain de sable dans la production d'une usine, où l'arrêt d'une heure d'une machine revient à perdre quelques millions d'euros. C'est sous cet angle que j'ai déjà commencé la préparation de mon offre et c'est sous cet angle que je compte bien m'y attaquer.

De toute façon, il serait prétentieux et complétement stupide de ma part de vouloir entrer sur un marché saturé où bon nombre de sociétés ont déjà le meilleur de la production mondiale : EADS IW, ESEC, Atlab, HSC... D'ailleurs, si vous avez besoin d'un audit, je ne puis que vous conseiller leurs services, ce sont les meilleurs.

Nouvelle vie, nouvelles envies. Pour l'instant, je lorgne sur un appartement dans le carré magique de Vincennes, le temps nous dira s'il est mien ou non. Tous les whois à changer, rien que d'y penser, ça me fait rêver... Cartons en préparations, formulaires de changement d'adresse, relocalisation. Bref, que du bonheur.

En attendant ce mois d'octobre un peu chargé, mois qui verra le bilan de trente années écoulées, je me focalise sur la fin de mon projet, histoire de terminer ce que j'ai commencé et qui devrait gentiment m'amener jusqu'à mes vacances d'été... en octobre.

Des nouvelles quelque peu personnelles, soit, mais comme je n'ai pas le droit de parler de ce que je fais dans mon travail, ça limite mes interventions au droit, à l'informatique et à l'actualité. Et ces temps-ci, je n'ai pas envie d'en parler, ou du moins, d'en écrire. Sachez cependant que je garde au frais un petit billet sur tcp/ip, que j'espère avoir le courage d'écrire d'ici peu.

Pour terminer, sachez que j'ai des articles en préparation sur IPv6, pour de la publi papier et qu'une formation sur le droit et les NTIC va bientôt être disponible à la commande chez formation libre. Si vous êtes d'ores et déjà intéressé par cette formation, vous pouvez m'écrire en privé, en attendant la publication officielle sur le site (et vraisemblablement sur ce blog).

Amis du web, joyeux lundi !

jeudi, septembre 2 2010

Amazing grace

Old ma, comme disait Chichi : put***, 2 ans. Sans emphase, mais avec constance, tu aurais sûrement rigolé à ces quelques blagues hasardeuses qui font que ton nom restera parmis nous.

J'ai pris quelques expressions françaises et me suis permis une interprétation très personnelle.

  • Avoir la gueule de bois : du matin au soir et du soir au matin, se regarder dans la glace et se dire que jamais ça ne changera. Ton remède perpétuel restera une rasade d'eau en toute circonstance, car c'est le meilleur des breuvages et le plus beau don. Mais comme dirait Johnny, qu'est ce qu'elle a ma gueule ?
  • Être du bois dont on fait les héros : après deux guerres mondiales, deux autres moins mondiales, les guerres médiatiques, la télé couleur et Internet, tu en auras vécu des choses, toi qui cachait des munitions dans ta tête de lit pour signifier ta résistance à l'ennemi.
  • Faire feu de tout bois : pas un de tes petits n'est oublié. Tu les as tous aimé, compté, regardé grandir et surtout, tu les as porté dans la prière chaque jour afin que pas un de leur cheveux ne puisse être âbimé.
  • Faire jambe de bois : même pour tes nonantes-huit, tu continuais à utiliser ton déambulateur. Bon pied, bon oeil... Enfin presque.
  • Montrer de quel bois on se chauffe : quand on a des principes, on s'y tient. Et tu n'aurais jamais transigé au risque de faire comprendre à l'autre parti comment ton nom s'écrit.
  • Toucher du bois : la chance, tu n'y as jamais cru, mais dans ta foi tu as toujours espéré. Aujourd'hui, c'est auprès de ton Dieu que tu te retrouves.
  • Langue de bois : quand tu as eu quelque chose à dire, tu n'as jamais envoyé une carte postale, parce qu'un mot est un mot et que l'honnêteté, même si elle ne paye pas, permet de mettre les choses au clair.
  • Tête de bois : on me dit têtu, mais je sais de qui tenir.
  • Homme des bois : ce ne fut pas l'homme, mais la femme.

Salut Old ma et merci pour ces trente belles années que tu as pu m'accorder.

See you, my funny valentine. See you, Hélène Bois.

jeudi, mai 20 2010

Ouverture de Formation Libre au public

Pour ceux qui suivent régulièrement ce blog, vous savez que je m'investis depuis un peu plus de deux ans dans ma société, nommée Keepin. Nous commençons à avoir des retours intéressants, mais j'en dirai plus un peu plus tard. Si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que nous venons d'ouvrir un nouveau service de formation à distance, fort de nos six ans d'expérience à l'École Ouverte Fracophone.

Je vous laisse découvrir le communiqué de presse :

La société keepin est heureuse de vous présenter sa nouvelle offre de service : Formation libre.

Formation libre est une offre de formation continue professionnelle à distance dans le domaine de l'informatique, plus spécifiquement tournée vers les logiciels libres et issue d'une expérimentation éprouvée depuis plus de six ans.

La formation à distance a désormais acquis ses lettres de noblesses. Elle entre dans la culture des salariés comme une réponse au besoin permanent de se former sans perturber le rythme de travail. Elle répond aussi particulièrement bien aux besoins de personnes expatriées et aux milieux ruraux. Nous avons eu beaucoup de remarques de ce type via l'association École Ouverte Francophone que nous animons. 

déclare A. Mascret président de l'Éof.

La formation à distance présente aussi des avantages pour les salariés :

Certes il existe un planning pour le cours, mais la liberté dont on dispose dans l'organisation devient rapidement un avantage. Ceux dans lesquels on est plus à l'aise peuvent être traités plus rapidement laissant ainsi plus de temps pour les autres… La formation à distance demande une plus grande maturité, mais elle permet d'avoir une aide plus personnalisée… 

déclarent P. Lapage et F. Tocquaine dans une interview sur la formation à distance (Linux Pratique Août 2009)

Par ailleurs, toutes les études semblent confirmer que, dans le domaine informatique, le secteur des logiciels libres représente, au niveau mondial, celui qui aura le plus fort taux de croissance dans les 4 à 5 ans qui viennent et l'enquête que nous avons mené sur le territoire Francophone en 2009 nous a confirmé cela… 

complète A. Mascret.

C'est donc tout naturellement que les créateurs de la société Keepin, également spécialistes dans le domaine de la formation à distance et dans celui les logiciels libres ont décidé de proposer une solution adaptée.

Formation libre propose d'ores et déjà six formations dans les domaines du système et des réseaux basés sur les Logiciels Libres.

Idéalement conçues pour s'intégrer au rythme de travail de l'entreprise ou du salarié, ces formations se déroulent à distance, sur trois semaines, représentant un équivalent temps plein de cinq jours.

Dans leurs conceptions, les cursus permettent l'adaptation du rythme de l'apprentissage aux contraintes du salarié et de son activité professionnelle mais peuvent être également suivies en dehors du temps de travail dans le cadre du DIF (Droit Individuel à la Formation) par exemple. La formule 'à distance' devient aussi plus économique en coûts et en fatigue. Elle évite les absences, les déplacements, les frais de restauration ou d'hébergement.

Tout au long de chaque formation, des formateurs, à la fois professionnels et spécialistes du domaine abordé, accompagnent, aident et conseillent les auditeurs sur toutes les difficultés qu'ils peuvent rencontrer.

Pour toute information : contact_AT_formation-libre.fr

Visitez le site des formations.

mardi, mars 9 2010

Mot du maître

The problem is that coding isn’t fun if all you can do is call things out of a library, if you can’t write the library yourself. If the job of coding is just to be finding the right combination of parameters, that does fairly obvious things, then who’d want to go into that as a career?



Donald E. Knuth

Via nono

dimanche, février 28 2010

Ce soir, je facebook

Ceux qui suivent ce blog savent tout le mal que je pense de facebook. Cependant, ce soir, j'ai ouvert un compte. Étonnant, non ? En fait, je fais suite aux propos de Stéphane Koch à la JSSI de l'année dernière qui a énoncé un argument qui m'a fait réfléchir toute l'année. En effet, il n'y a de moyen de protéger son identité qu'en créant un compte et en surveillant ce qui se dit chez vos divers proches. Les miens n'étant pas familiés d'Internet (et ce n'est pas peu dire, croyez moi...), il faut prendre les devants. C'est triste, mais on en est là.

Vous trouverez mon nom, prénom, date de naissance et sexe. Ainsi qu'une photo issue de mon profil identi.ca. En sus, vous connaîtrez maintenant les gens que je connais.

The war is now opened.

dimanche, août 2 2009

Spam, je t'aime

Une fois n'est pas coutume, je vais recopier un spam quasi intégralement, parce que je trouve le contenu très sympathique. Bien sûr, j'enlève toutes les références commerciales et j'use du droit de citation. Tant pis. Je l'ai tout de même reçu cinq fois en moins d'une semaine.

Lire la suite...

dimanche, juillet 5 2009

20 to 5

Comme mes élèves le savent ainsi que mes amis informaticiens, je me suis converti il y a fort longtemps aux flux rss (pas de s en plus parce que ça ferait presque union soviétique, même au pluriel) et atoms (rien à voir avec les protons et les neutrons) sous l'influence de Régis (un jour, tu me remercieras de t'avoir fait sortir de l'anonymat). Ceux-ci (les flux, pour ceux qui ne suivent pas) sont attachés à quelques sites d'information, mais pour la plupart sont issus de blogs qui se séparent en catégories :

  • sécurité informatique,
  • news IT,
  • news,
  • potes,
  • bd (de loin la plus grosse catégorie),
  • libre,
  • droit,
  • divers.

L'ordre n'a pas d'importance, il est venu dans sa construction historique. Aujourd'hui, ce n'est pas vraiment de détail technique dont je souhaite parler, mais de la catégorie divers. Dans celle-ci, j'ai quelques sites de buzz, ma veille managériale et de communication, des revues de bouquins et quelques sites spécifiques. On peut entre autre citer le blog de Caféine, de lâm ou encore de Titiou Lecoq. C'est mon côté voyeur qui ressort et qui me rappelle, en quelque part, que j'ai sûrement une part humaine, derrière la rigueur et le sérieux caractérisé que l'on me connaît.

Sur ce blog, je ne parle pas de moi. Je parle un peu de technique, pas mal de droit, un peu de libre et de sécurité. Pour une fois, je vais enfreindre mes propres règles pour que vous puissiez partager un bonheur fugace. Il y a une vingtaine de jours, Titiou se moquait gentiment de la virginité culturelle d'une de ses fraîches amies dans un domaine bien précis. J'élude, le propos ne nous intéresse guère. Évidement, comme j'ai encore du temps à perdre, j'ai suivi le lien pour aller découvrir cette perle. Je tombe sur un blog jeune et dynamique d'une jeune nana, qui travaille dans la comm, qui tient un blog anonyme sur ses humeurs, ses envies, ses emmerdes. En six mois, l'auteur, que l'on nommera anonymement Julie F. (ne vous y fiez pas, c'est un pseudonyme) reçoit 1250 commentaires. Pendant ce temps-là, moi, je peux comptabiliser 536 commentaires en 60 mois (je mets à part l'ancien blog, il m'est impossible de faire les décomptes ayant à l'époque perdu toute la bdd). Premier indice, nous avons donc une personne charismatique. Ou pas (Ce post de bravoure à lui tout seul vaut de découvrir le blog de la demoiselle). Je ne reviendrai pas sur les trois gros avantages qu'elle a sur moi (c'est une femme, elle raconte sa vie, c'est une femme), on découvre un écrivain d'une intelligence sournoise qui fait fi des bonnes manières (où l'on se moque des gros, où l'on se moque des handicapés, où l'on se moque des analphabètes). Que les gens qui conchient Desproges passent leur chemin, je suis en territoire connu.

La lecture se mêle de littérature, de cinéma, de voyage, de culture et de petits quotidiens. Bridget Jones, adieu, j'ai trouvé bien mieux, je garde. Le tout englobé par un humour féroce, je suis fan.

Comme tout le monde, Julie F. a ses défauts et petits péchés mignons : elle est fan absolue d'Éric Zemmour, elle a regardé de manière assumée la nouvelle star (moi aussi, mais pas depuis que Lio est dans le jury, faut pas déconner non plus) et elle ne prête pas ses livres. Elle est folle des Louboutins. De plus, elle a un avis tranché et si ça vous va pas, c'est pareil, quelqu'un.

Mais pourquoi ce titre de post si tu voulais simplement faire l'éloge d'un site ? Ce n'est pas l'éloge d'un site, c'est celui d'une personne. Le titre fait assonance au temps que j'ai passé pour lire l'intégralité des billets qui m'avait échappé avant mon arrivée. Il m'a fallu quinze jours pour pouvoir me fondre pleinement. Je dois dire que je m'y sens comme un poisson dans l'eau, et ça, ça fait mal.

Please, visit : Il était une fois sur le web

ps : si un employé de la mairie d'Ajaccio venait à passer sur ce post, et que par hasard, il me fournissait une copie pdf du registre des naissances du 10 mai 1983, je saurai fournir quelques spécialités bretonnes en échange, sans qu'il n'y ait pour cela corruption de fonctionnaire, bien sûr. Pas besoin des affiliations, juste le registre minimum :-)

pps : Julie F., si tu passes par là, ce qui n'est pas censé arriver, sache que la question est bien plus complexe que le descriptif n'y parait. Mais mes habitués l'auront compris.

vendredi, juin 26 2009

De l'autre côté du SSTIC -- fin

Rappel des épisodes précédents :
Premier jour SSTIC'09
Deuxième jour SSTIC'09

Lire la suite...

jeudi, juin 11 2009

Tour de magie

Mes étudiants pensent maintenant que je travaille en secret au conseil constitutionnel. Ma foi, quand c'est trop gros, ça passe pas. Je vous laisse avec les réflexions suivantes.

Lire la suite...

samedi, mai 2 2009

Pour de bon

Ça y est, après plus d'un an et demi d'attente, j'ai enfin reçu la récompense de mes cinq (six en temps humain, cinq en temps de travail) années au Conservatoire National des Arts et Métiers. Je vais donc tranquillement pouvoir passer à autre chose et ça tombe bien, parce que j'ai pas mal d'idées en tête...

Lire la suite...

jeudi, janvier 8 2009

Two, ho-ho, nine.

On pourrait parler de la mort, qui comme chacun le sait, est un homme, des cinq cavaliers de l'apocalypse avant qu'ils ne deviennent célèbres, de la grande A'Tuin ou encore du coffre. Si 2008 a été vraisemblablement une année sans intérêt aucun, si des promesses n'ont pas été tenues, si ni le bonheur ni le travail ne semblent avoir voulu se motiver, je ne peux que rendre un hommage à mon compagnon de l'année, monsieur Terry Pratchett à qui je dédie ce chapeau. De l'inconnu que je suis à celui qui fait d'Alzheimer son compagnon de chevet, un grand merci. Merci de m'avoir fait voyager et de me faire tant rêver et rire. Ce qui n'est, a priori, pas chose aisée pour que ce soit de bon cœur.

Deux mille neuf sera une bonne année. Ne me demandez pas pourquoi, c'est ainsi. Ce sentiment oppressant de bien être qui vous empêche de défaillir ou d'apercevoir un nuage. Cette voie tracée qui semble, malgré les gouffres, vous appeler et vous dire : c'est là. C'est vers cela que je vais cette année. Le plus merveilleux, c'est que je suis incapable de dire quoi, qui ou quand. Juste apercevoir la voie, entendre ce bruissement agréable et cette odeur légère mais envoûtante. Que ma grâce et la paix vous accompagne au cours de cette année. On l'appelle crise, dépression, solitude. Je suis heureux d'être dans une paix totale et je vous souhaite de pouvoir la partager.

En attendant le Big One qui devrait couper une bonne partie de l'Internet de la planète et changer le visage d'Internet, je vous souhaite de ne pas oublier qu'il y a quelques jours encore vous étiez en fête et que vous avez échangés de nombreux vœux. Happy. New. Year.

See you, space cowboy.

jeudi, novembre 20 2008

Il y a des matins comme ça

Ce matin, ça a été lecture intense de la presse, comme tous les matins, il faut bien se tenir au courant, sans trop se faire mal. J'ai arrêté la télévision, à ce point de vue, depuis longtemps, ça devenait trop risqué pour l'objet, de se voir balancer des outils contondant à travers la diagonale. Au moins, avec le net, ça me permet de prendre du recul. Bon certes, je loupe des fois des choses, mais à vrai dire... Je m'en fou :)

Un petit résumé d'un coup de gueule comme les autres, histoire que vous puissiez apprécier les matins, comme moi !

Dans un article de l'expansion, Didier Lombard nous dit qu'« Internet a fait son nid gratuitement sur nos réseaux ». Certains diront (et j'en fais allègrement parti :)) que ce n'est pas grâce à Orange. Ça me fait beaucoup rire (rouge) de voir cette société essayer de merchandiser le net. À mettre dans le même panier de crabes que SFR, Vivendi, Dadvis, J6M, et toutes la bande de ... qui ne méritent même pas d'avoir accès à ce média. Dans l'article, il est aussi dit que monsieur Lombard a écrit un merveilleux livre, ce que je veux bien volontiers croire. Là où j'ai du mal à comprendre, c'est comment quelqu'un dans sa position, qui doit être sur le business 24/7 a trouvé le temps pour écrire sur un sujet aussi sérieux. Je connais de nombreux managers qui sont n-6 sous lui qui n'ont pas de vie, alors, qu'on m'explique comment quelqu'un aussi haut trouve-t-il le temps ?

Un certain nombre de personnes ne sont plus à une ânerie prêt. On nous dit que tous les Français bientôt couverts par le haut débit. Je sens poindre le "tous ? Non, un irréductible village résiste encore et toujours contre l'envahisseur". Le vrai problème est de situer ce que l'on appelle le haut débit. 512 kb/s ? Dans ce cas, ok, mais c'était la norme au début de l'adsl il y a dix ans. Aujourd'hui, le haut débit, c'est 28 Mb/s, en dessous, vous êtes spoliés. Encore un effet d'annonce (quid de la vidéo, du streaming, de la qualité téléphonique, de la saturation des lignes et du filtrage de port ?) !!

On continue avec l'expansion et M6 qui trouve que l'environnement publicitaire est très difficile. Je suis étonné. Il y a t-il encore des gens qui regardent la télévision ? Vous savez, le truc pour lequel on paye une redevance exorbitante alors qu'on ne regarde pas les chaînes incriminées ni n'écoute les radios concernées ? On appelle ça le modèle social, un truc de gauche. Oui, la vie est dure, les femmes sont chères. Je ne pensais pas que c'était un monde de paillettes la téloch, mais apparemment, ça se confirme. Bienvenue en 2008, où le prix de l'essence, dans certaines stations, dépasse encore 10 Frs.

Toujours la pub et la téloch, avec une taxe sur les opérateurs télécoms. Une fois n'est pas coutume, je vais prendre la défense des opérateurs. Je ne vois pas pourquoi on va ponctionner de l'argent dans un secteur qui en a besoin énormément pour avancer en R&D (encore faut-il qu'il soit réinvesti, s'entend), pour le mettre dans un secteur qui ne rapporte rien et qui cherche à abrutir la masse ? Ah, je crois que je viens de trouver la réponse...

Oyé, Oyé ! Qu'il fait bon d'habiter en bretagne, je ne vous le fait pas dire. On propose d'exploser la redevance des sociétés d'autoroute. Jusque là, pas de soucis particuliers, sauf que devinez sur qui ça va retomber ? Bientôt, on payera plus de péage que d'essence, et pourtant, je vous assure que l'on fait des efforts pour que le prix du litre soit compétitif (avec les nouveaux tarifs des autoroutes, of course !).

En parlant des autoroutes et en me baladant pas mal, je me disais qu'il serait intéressant de mettre à profit ces longs couloirs, souvent exposés au vent pour les accompagner de nombreuses éoliennes, ce qui permettrait d'agrandir notre parc et d'avoir plein d'énergie renouvelable. Il semblerait que les sinistres pensent autrement et préfèrent miser sur le solaire, parce que c'est bien connu, la France est à côté de l'équateur et il fait toujours plus de trente cinq degrés au nord de la Loire.

J'apprécie les Monty Python. Je trouve leur façon d'aborder le problème du téléchargement et de la diffusion très intéressant. Non seulement, parce que c'est bourré d'humour, mais parce qu'ils ne vont pas sur la case procès et essayent de trouver des alternatives. Certes, les vidéos ont 30 ans pour certaines et devraient être distribuable gratuitement, car ils ont déjà beaucoup encaissé, mais c'est déjà une approche constructive. Enfin des gens qui avancent ! (Crétins de leechers !)

On passe au nouvel Obs. J'ai eu une réaction très vive en lisant l'article parlant de Carla Bruni. On interroge une chanteuse quelconque sur ce que ressent la France vis à vis de l'élection d'Obama. Personnellement, je serai sûrement démocrate si je vivais aux états-unis et l'intégrale de "the west wing" n'est pas là pour me contredire, mais je voudrais bien savoir de quel droit une chanteuse quelconque est représentatrice des français. Ah, on me signale que cette chanteuse quelconque est la première dame de France. Arrêtez le mélange des genres, c'est nocif pour la santé. L'artiste est l'artiste et peut rester l'artiste. La première dame doit être une première dame. Le mélange des genres, ça donne la DADVSI. Or, on gouverne par le peuple, pour le peuple et avec le peuple. Pas pour une caste précise. Vivement que je sois sénateur.

Toujours pipole, Jerry Yang démissionne de la présidence de Yahoo. Ce qui est impressionnant, c'est que le créateur se fasse huer par des gens qui n'ont jamais rien fait et qui sont arrivés là parce qu'ils avaient de l'argent. Je parle ici des conseils d'administration en général. Ce mec a monté Yahoo! Un peu de respect tout de même. Et pouvoir lutter contre Microsoft, franchement, je dis bravo Jerry !

Une grande nouvelle pour la communauté antivirale : Microsoft prépare une suite antivirus gratuite. Je n'ai pas été suivre la bourse, mais je pense que j'aurai dû suivre les actions de symantec et Mc Afee, s'ils sont cotés. Rappelez vous de netscape et MSIE. Je vous le dis, l'histoire va se répéter (et pendant ce temps là, certains payent pour avoir des antivirus...).

Allez, pour finir, deux petites nouvelles qui me réjouissent. Le rapport de Tera Consultants et Equancy & Co remis en cause, où l'article nous montre un joli diagramme des sources de l'enquête. Ça fait plaisir de voir que les enquêtes ministérielles sont impartiales et réalisées par des professionnels du milieu, c'est à dire des scientifique. Quoi, trois pourcents, c'est déjà un bon nombre chiffre !

Et pour finir, Xavier (Iliad) riposte (avec humour) à Frank (SFR), je n'aurai pas osé, mais je n'aurai pas dit mieux. Pendant ce temps là, free nous fait la promesse d'offrir le téléphone mobile illimité pour trente euros. Je vote.

samedi, novembre 1 2008

Camille

Ce soir, en guise de cadeau d'anniversaire, je suis allé voir Camille Dalmais en concert, seul. Évidemment, seul. En un mot, comme sans : conquis. Je pourrais expliquer en quoi son travail vocal est impressionnant, en quoi ses arrangements sont énormes, je me contenterai de dire que ce soir, elle m'a fait aimer le orange, la couleur. Les gens qui me connaissent savent ô combien je déteste cet amas de pigment qui représente soi-disant une couleur, mais ce soir, c'était bien. J'en ai encore plein la tête et les yeux.

Étant depuis longtemps fatigué, je ne puis que m'émerveiller de voir cette jeune femme sauter dans tous les sens, bouger, donner le tempo, jouer avec son public et les siens. Pour tous ceux qui ne connaissent pas, cherchez tout de suite "le fil" de Camille. Allez sur Deezer, ça vous évitera de vous faire couper votre connexion.

Un quart de queue et sa compagne, deux human beatboxes, quatre choristes (deux par sexe) et Elle.

Simplement ravi et étonné, surpris. C'est dans ces quelques moments où je souhaiterai que l'anonymat ne devienne que figure de style pour pouvoir échanger durant des heures.

Lundi, boulot.

mercredi, octobre 15 2008

Gomor, sa vie, son blog

Mon camarade Gomor, de son appellation cybernétique, vient d'ouvrir son blog et il nous encourage à le faire savoir. Dont acte.

Mais avant de vous donner l'adresse de cette nouvelle source d'information, un rapide portrait. Gomor est un spécialiste en sécurité, plus spécifiquement la partie qui touche aux réseaux. Ainsi, il est l'auteur de SSL Capable Netcat, mais également du fabuleux SinFP. Sur ce dernier outil, nous avons eu droit à un talk lors du dernier SSTIC, ainsi que quelques articles dans MISC à propos de la prise d'empreinte.

Voilà, le tableau étant peint, vous pouvez maintenant aller visiter son nouveau blog, Protocol Hacking, qui promet de belles analyses.

Courage Patrice, ça prend du temps de bloguer. Bienvenu dans la blogosphère !

mercredi, octobre 8 2008

Homme 1, Femme 2. Ah non, 0.

Maître Bortzmeyer nous a dégoté une petite news à pas piquer des worms. L'ISO est assez connu pour normaliser tout et n'importe quoi. Nous savons maintenant à quoi on passe son temps un certain nombre de personnes dans les bureaux, là-bas :

Élément de données Code
Inconnu 0 (zéro)
Masculin 1 (un)
Féminin 2 (deux)
Sans objet 9 (neuf)

Donc, lorsque vous ne connaissez pas le sexe (0 à 6 mois ?), c'est un zéro. Et lorsqu'il est sans objet, c'est un neuf. Les escargots sont sauvés \o/.

Pendant ce temps-là, chez Postgresql, on a zéro pour les femmes, et un pour les hommes. Pour certains, cela représenterait l'humain dans sa profonde nature sexuelle. Freudien ?

samedi, août 2 2008

Et l'Université, alors ?

Laurent Bloch, pour qui j'ai le plus grand respect, a écrit pendant ce dernier mois, un certain nombre de billets quant à sa nouvelle fonction de DSI à l'Université Dauphine. Cela n'est pas sans faire écho chez moi de nombreuses réflexions dûes à mon ancien poste d'assistant Ingénieur au sein de l'Université de Limoges. Ayant vécu pendant trois ans cette situation, je peux me targuer d'avoir un peu plus de recul sur le vécu intérieur, même si Laurent a, quant à lui, beaucoup plus d'expérience que moi dans notre domaine.

Ce qui est regrettable, en université, si ce n'est des castes dont je ne parlerai même pas, c'est la centralisation et la décentralisation, le tout dans un instantanée. En gros, il semble que la révolution culturelle de 1968 soit restée dans les mœurs et qu'il soit interdit d'interdire, qu'on ne puisse mener une réflexion à terme que si tout le monde est unanimement du même avis. Difficile dans ces conditions d'avancer de manière sereine et intelligente. Le bien commun étant souvent l'ennemi de l'évolution, mais l'épouse du statu quo.

Je me souviens, avec tendresse, de l'année où Blaster est sorti. Premier vers, à mon sens, intéressant, qui s'attaquait à notre ami windows XP. La faille est révélée, deux semaines plus tard, un exploit est fonctionnel. Il ne reste plus qu'à attendre quinze jours pour voir un vers s'emparer du pactole. La réaction de mon supérieur technique, à cette époque, celui-là même qui ne savait pas détarer un paquet en ligne de commande ou qui tapait à deux doigts et qui croyait encore que windows était un système d'exploitation, m'avait ordonné de mettre l'affaire sous silence pour ne surtout pas affoler la population de mes collègues. À la rentrée, nous avons donc fait un déverminage en bonne et due forme.

L'autre affaire sympathique se résume au crédit dont chaque laboratoire dispose. Pour une année donnée, on vous octroie une somme. Si cette somme s'avère ne pas être dépensée, non seulement on vous reprend le surplus, mais l'année d'après, vous aurez moins de crédit. C'est un traitement intelligent, n'est-ce pas ? De ce fait, j'ai vu fleurir des imprimantes laser couleur, des caméras IP, sans qu'il n'y ait de réel besoin, tout cela afin de garder les crédits qui seraient royalement octroyés l'année suivante. On parle souvent de déficit, j'aurai plutôt tendance à visualiser une gestion hors du temps.

Pour finir, je ne parlerai pas des passe-droits, de promotions douteuses, de grilles de salaire improbables, ni de l'armée mexicaine d'une vingtaine de personnes là où la moitié suffisent amplement. Je ne parlerai pas non plus de pressions irrespectueuse d'hommes envers leurs collègues ou de réflexions à des subordonnés que la politesse même ne pourrait tolérer.

Non, au lieu de cela, je vous dirai que je garde un très bon souvenir de ma période de travail à l'université, j'y ai passé du bon temps, découvert quelques gens intéressants (mais aussi de vrais salauds), qu'il y a la possibilité d'amener d'extraordinaires changements, mais que cela passera par une meilleure gestion des ressources humaines, qu'il faut une vraie gestion de carrière, un turn-over plus important (quoi, un poste à vie, ce n'est pas une promotion ?) et un peu de confrontation avec la production en entreprise privée.

Je dédie ce billet à Laurent, qui a su me l'inspirer, mais également à tous mes collègues qui me lisent, et qui se reconnaîtrons, d'un côté ou de l'autre de la barrière :) (Pour Régis, PP et Pierre, je ne me fais pas de soucis, hihi !)